Indotalk Index du Forum

Indotalk
Le forum sur Indochine

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Pour information 


Viens annoncer ta présence aux concerts, pour revoir les anciens et faire la rencontre de membres du forum: c'est par ici que ça se passe.
L'inspiration artistique
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indotalk Index du Forum -> Vous et le reste du monde -> Art
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Dim 9 Mai 2010 - 23:39    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Bon alors, d'entrée de jeu, je tiens à préciser que ce topic n'a peut-être pas sa place ici, voire pas sa place du tout, et que donc en tant que modo ce serait indigne de ma part bla bla blah, tout ça, donc d'avance : pardon. Je ne suis pas un bon modo de toute façon.


Mais voilà. Ici, je ne veux pas parler, pas vraiment disons, de quelle oeuvre inspire une création qu'un artiste pourrait utiliser pour travailler dessus.
Plutôt de l'état d'esprit en fait. Dans quelles conditons vient l'inspiration et tout et tout...

J'en ai entendu/lu beaucoup dire/écrire que les moments d'inspiration les plus forts se trouvaient dans l'état de mélancolie ou dans les rêves. Et aussi plus à certaines heures que d'autres.
J'utilise le mot "artiste" au sens très large. C'est à dire que j'inclus dedans par exemple vous tous qui avez posté ici dans "Les divisions de la joie". Razz

Je ne veux pas partir sur le débat de ce qu'est l'Art, puisque Little Dreamer y a déjà consacré un sujet. Mais donc, à ces périodes d'inspirations. Pourquoi celles là, pourquoi ces moments là ? Est-ce qu'il faut chercher à les provoquer si on recherche l'inspiration ?

Plein de questions de ce style que euh... là je n'ai pas en tête.


Enfin, vous voyez quoi.


Je vais essayer de donner l'exemple...


Personnellement, je ne recherche pas d'inspiration puisque je ne me sens pas artiste dans l'âme. Mais il est vrai qu'à certaines périodes (plus les mélancoliques, donc...) je me sens disons hmmm d'humeur poétique, philosophique, tout ça.
Des fois c'est des choses positives, des fois pas. Ca c'est autre chose.
Mais quoique ce soit, je ne vais pas essayer de me replonger dans ces états une fois sortis pour chercher à faire ces choses. Peut-être justement parce que je ne suis pas "artiste" dans l'âme donc. ^^



Mais euh ouais, je me rends compte que je m'exprime encore plus mal que la plupart du temps.
Et finalement au fur et à mesure que j'ai écrit ce message, je me demande si ce serait pas mieux de réduire le mot "artiste" à l'expérience personnelle.


Voilà. A vous de voir si ce topic doit finir supprimé.
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Klooo
Nuits Intimes

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2008
Messages: 5 096
Localisation: Lyon / Briançon.
Sexe: Indogirl
Âge: 26

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 00:45    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

C'est le genre de questions que je me pose assez souvent... J'essaie d'écrire un peu, mais je dois dire que mon principal problème est le manque d'inspiration. Je retombe toujours sur les mêmes thèmes, le même genre de phrases... Bref, du coup je suis très mal placée pour répondre à ce topic.


Cela dit, je dirais que l'inspiration me vient d'une part de mon vécu et des mes sentiments, d'autre part de mes lectures, des musiques que j'écoute, de ce que font des artistes donc, justement. Et dans le premier cas c'est en général aussi quand je suis d'humeur mélancolique, mais pas une mélancolie négative (sinon j'en aurais souvent, de l'inspiration ) : une mélancolie positive, plutôt. L'expression peut paraître bizarre, mais j'entends par là des moments où je me rends compte à quel point la vie est belle, et où ça me rend triste parce que j'ai l'impression que tout passe trop vite et d'autres choses de ce genre... Je sais pas si c'est compréhensible. C'est dans ces moments-là que je peux écrire des pages et des pages, pas forcément intéressantes ni originales (les idées vraiment originales, elles me viennent plutôt en lisant ou en me promenant, en principe) mais où j'ai au moins un peu d'inspiration donc. Par contre, les moments de mélancolie "dépressive" ne sont pas vraiment propices à l'inspiration, pour moi, étrangement. Enfin... sauf si on considère qu'écrire des scènes de mort, de torture, de violence et autres, et toujours les mêmes, est considéré comme de l'inspiration... mais j'appellerais plutôt ça de l'extériorisation et quelque chose de totalement tourné vers soi-même. 


Et pour ce qui concerne l'heure, spontanément j'aurais répondu "le soir et la nuit" mais je me rends compte que ce n'est pas vraiment le cas en fait, c'est même plutôt le contraire. Je crois que j'ai besoin de ne pas être trop fatiguée et d'avoir l'esprit clair pour avoir de l'inspiration, donc plutôt dans la matinée ou l'après-midi. C'est peut-être ça, mon problème, d'ailleurs : j'écris toujours le soir parce que c'est là que j'ai le plus de temps. A voir.
Y a aussi une part de hasard, les bonnes conditions peuvent êtres réunies sans que l'inspiration vienne, et c'est le cas le plus souvent d'ailleurs.


Après, pour ce qui est des artistes de métier ou plus expérimentés, c'est vrai qu'on entend souvent dire que l'inspiration vient surtout dans les moments de mélancolie (ou dans les rêves - le terrain exploré par les surréalistes notamment), mais je pense qu'à un certain niveau il est bien d'arriver à se détacher de son état d'esprit du moment et à provoquer l'inspiration, donc. Ça dépend peut-être aussi de quel Art on parle, il me semble qu'un auteur de romans doit savoir prendre de la distance par rapport à son ressenti du jour pour avancer son livre de manière cohérente, tandis qu'un compositeur ou un peintre s'appuiera davantage sur son expérience du moment. Et encore, pas sûr.   Je vais m'arrêter là parce que l'idée que j'avais en tête s'est échappée, elle reviendra peut-être demain.

Au cas où j'aie répondu un peu à côté par rapport au but du topic, soyez indulgents, il est tard.  
_________________
"Apprendre à un enfant à ne pas marcher sur une chenille est aussi précieux pour l'enfant que pour la chenille." - Bradley Miller.
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 01:03    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Hé hé, oui en gros c'est ce genre de réponses que j'attendais. Razz


Quant à parler des "vrais" artistes, ce sera un peu dur ici en fait je pense, puisque c'est très personnel et alétoire selon les personnes ce genre de choses. Confused


Klooo a écrit:
une mélancolie positive, plutôt. L'expression peut paraître bizarre, mais j'entends par là des moments où je me rends compte à quel point la vie est belle, et où ça me rend triste parce que j'ai l'impression que tout passe trop vite et d'autres choses de ce genre... Je sais pas si c'est compréhensible. :mad


Je pense voir ce que tu veux dire. Okay
Même si quelque part, c'est un peu contradictoire, mais bon.

Mais c'est surtout une question de personnalité de toute façon. Même si pour beaucoup la mélancolie (négative, donc pour te suivre) est un facteur principal, ce n'est pas pour ça que ce sera anormal pour celui que ce ne sera pas le cas. Razz
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 09:26    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Dans mon cas, l'inspiration ne vient pas par volonté. J'entends par là que je connais des gens qui écrivent parce qu'ils veulent écrire à un instant donné, par envie ou temps à disposition.

Moi, c'est surtout un état. J'ai besoin de ne pas avoir une réelle possession de moi-même. Donc sous certaines substances, sous l'alcool, à l'écoute de certaines chansons qui me mettent dans une sorte de """"transe"""".

Dans d'autres cas moins drôles, j'avoue que quand je vais mal, je crée davantage. C'est pour moi une sorte de thérapie à travers l'art, si on peut le dire comme ça. Ca me permet d'évacuer ce trop plein de sentiments et de passer à autre chose. Evidemment, cela donne aussi à mes textes ou peintures un caractère un peu mélancolique voire sombre. Mais il faut prendre du recul en les voyant et se dire que c'est ce que j'ai ressenti à un instant donné.
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 10:26    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Klooo a écrit:
Enfin... sauf si on considère qu'écrire des scènes de mort, de torture, de violence et autres, et toujours les mêmes, est considéré comme de l'inspiration... mais j'appellerais plutôt ça de l'extériorisation et quelque chose de totalement tourné vers soi-même.


Unita a écrit:
J'entends par là que je connais des gens qui écrivent parce qu'ils veulent écrire à un instant donné, par envie ou temps à disposition. [...] C'est pour moi une sorte de thérapie à travers l'art, si on peut le dire comme ça. Ca me permet d'évacuer ce trop plein de sentiments et de passer à autre chose.



Ah oui voilà ce dont j'ai oublié de parler, dans mon 1er post.


Le "pouvoir libérateur" de la création. Pour certains donc, ça semble être la "meilleure" période pour créer quelque chose.
Certes, ici, on ne parle pas de créer quelque cjose qui sera exploité médiatiquement pour être face à des critiques et tout ça. Mais pour ceux dont c'est les cas, est-ce que créer dans cette sorte de "transe", comme dirait Unita, peut euh, "altérerer" le travail ou au contraire lui donner plus de forces ?

Personnellement, et toujours en me basant sur ce que j'ai lu ici, je dirais que ça donne une certaine frénésie au texte/son/image.
Mais encore faut-il savoir que cela a été créé par "libération de sentiments", même si parfois on peut le ressentir.


A mon avis personnel, je dirais que l'art le plus expressif à ce niveau est peut-être la peinture, ou encore la musique.

L'écriture peut aussi l'être, mais j'ai l'impression qu'il faut être plus doué pour l'analyser, et je ne le suis pas.




Unita a écrit:
Moi, c'est surtout un état. J'ai besoin de ne pas avoir une réelle possession de moi-même. Donc sous certaines substances, sous l'alcool, à l'écoute de certaines chansons qui me mettent dans une sorte de """"transe"""".


Et donc, comme la question du dessus, mais adressé uniquement à toi ici. Razz

Est-ce qu'il t'arrives de retravailler tes textes, une fois relus et que tu n'es plus dans cet état de "transe" ? Est-ce que donc tu veux l'améliorer (selon ce que tu penses ce qu'il y a à améliorer) ou le laisser à l'état brut des émotions qui l'ont construits ?




Mais voilà, n'hésitez pas à parler de vos expériences personnelles surtout, sans forcément rentrer dans l'intimité, si ça vous gêne.
Ca m'intéresse grandement. =)
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Klooo
Nuits Intimes

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2008
Messages: 5 096
Localisation: Lyon / Briançon.
Sexe: Indogirl
Âge: 26

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 11:43    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

le croc blanc de konoha a écrit:
Le "pouvoir libérateur" de la création. Pour certains donc, ça semble être la "meilleure" période pour créer quelque chose. Certes, ici, on ne parle pas de créer quelque chose qui sera exploité médiatiquement pour être face à des critiques et tout ça. Mais pour ceux dont c'est les cas, est-ce que créer dans cette sorte de "transe", comme dirait Unita, peut euh, "altérerer" le travail ou au contraire lui donner plus de forces ?

En fait, je pense que ça dépend aussi du but dans lequel on écrit (/dessine/peint/compose/etc). Quand j'écris uniquement pour libérer/extérioriser quelque chose, il y a deux cas possibles : soit c'est très peu travaillé parce que je serai la seule à le lire et que ça m'aide sur le moment (mais c'est hors sujet par rapport à l'inspiration "artistique", alors), soit c'est davantage travaillé, à plusieurs heures voire jours d'écart, et je peux alors le faire lire à des gens. Mais à côté de ça, il y a des moments où j'écris en prenant le plus de distance possible par rapport à moi-même, donc en essayant de me détacher de mes sentiments et de mon état d'esprit du moment. C'est peut-être plus difficile, mais je pense que c'est une des choses qui permet de progresser [et peut-être aussi de toucher un public plus large (encore que...), dans le cas des artistes professionnels, mais j'en suis loin ]. Ceci dit, j'ai un peu de mal à dire parce qu'il me semble pas que "pouvoir libérateur" et "création en état de "transe" " soient nécessairement liés (ou alors j'ai mal compris l'expression)... Là je parle plutôt du "pouvoir libérateur", donc. Mais je pense qu'on peut écrire en étant dans un état particulier sans pour autant écrire pour se libérer...

En fait j'ai l'impression que je me répète, désolée si c'est le cas.
_________________
"Apprendre à un enfant à ne pas marcher sur une chenille est aussi précieux pour l'enfant que pour la chenille." - Bradley Miller.
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 11:51    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

C'est vrai que je me suis mal exprimé, parce que je ne pense pas non plus que le "pouvoir libérateur" et l'état de "transe" soient automatiquement liés. ^^


Mais :

Klooo a écrit:
soit c'est très peu travaillé parce que je serai la seule à le lire et que ça m'aide sur le moment (mais c'est hors sujet par rapport à l'inspiration "artistique", alors)


Oui et non. Disons qu'en prenant la définition au sens large, on peut le considérer comme tel :
"Expression par des créations humaines d'un idéal esthétique." => l'intern@ute

Après qu'il n'y ait personne pour le lire, c'est se rapporter à la question : "Est-ce qu'un arbre fait du bruit en s'écrasant si il n'y a rien ni personne pour l'entendre ?"
Pour moi oui. Mr. Green


Après, sur ce principe, le fait de ne pas le partager, joue peut-être aussi lors de la création de l'oeuvre.
De se dire qu'on ne fait ça que pour soi peut libérer du "stress" engendré par le point de vue que les attentifs auront et en même temps créer un laisser-aller qui pourrait altérer la euh, qualité dirais-je.


Donc bien sûr, ça aussi rentre dans ce que j'appelle l'inspiration artistique.
Je ne cherche pas à définir l'art, mais à cerner d'où il vient chez les gens en fait. Donc tout est important pour ça.


Mieux comprendre pour mieux aimer, ou mieux aimer pour comprendre ?

_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
jolly jumper
Wax

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2008
Messages: 2 696
Localisation: loire_ Rhône alpes
Sexe: Indogirl
Indosong: Electrastar
Âge: 27

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 12:22    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Très intéressant ce topic.
Je vais donner ici mon expérience personnelle. Je me suis souvent posée cette question d'ailleurs. Je dessine et je compose (musique et paroles).
En ce qui concerne le dessin, au début je faisais surtout de la reproduction d'images 2 D ou 3D, il n'y avait donc pas vraiment d'inspiration à avoir hormis peut-être dans le choix du sujet. Là, c'était suivant l'humeur du moment, les films que je voyais, la musique que j'écoutais...selon la mouvance et l'ambiance qui m'entourait à ce moment là. Maintenant, je pars souvent d'un modèle (initie l'inspiration), et je finis par m'en éloigner... pour créer mon propre truc, surtout parce qu'au fur et à mesure que je dessine, j'élabore dans ma tête ce que le dessin pourrait donner au final. Mais ce rendu final change tout le temps, jusqu'à ce que je sois satisfaite du résultat, et que je juges qu'il n'y a rien de plus à apporter, parce que ça ferait trop lourd, ou quoi, je trouve un équilibre.

Pour ce qui est de la musique, dans mon cas particulier, je ne peux trouver l'inspiration seule. Quand j'ai commencé à composer, je l'ai fait avec ma soeur, on commence vaguement une mélodie au piano, et de la même façon que pour le dessin, le processus créatif vient tout seul, quand on est lancé. En fait tout est là, il faut se lancer. C'est un peu comme un grand saut dans le vide où l'on ne sait pas trop où on va au début. POur cela, je trouve qu'il faut être dans un état d'esprit particulier. En ce qui me concerne, il faut que j'aille bien physiquement, pour que je puisse trouver la force de faire ce "plongeon".
Quand je ne vais pas bien, je n'arrive pas vraiment à trouver l'inspiration pour faire un truc potable. A un moment donné, je m'énerve, je voudrais trouver mais je n'y arrive pas..

Oui donc, pour la musique, j'y arrive uniquement avec ma soeur. J'ai essayé toute seule, mais il me manque cette émulation, ce moteur, voir même cette motivation qui sont présents uniquement quand elle est là. Ce qui explique que ça fait un moment que je n'ai rien composé d'ailleurs. Confused


Par manque de temps aussi. Parce que faire des croquis en 5 minutes, c'est pas trop mon truc. Il faut que je dispose d'une plage horaire suffisante pour creuser mes idées et ne pas être stressée par le temps. Par contre, je peux très bien commencer un dessin, et le reprendre ensuite, une fois que j'ai trouvé l'idée de départ, tout vient comme sur des roulettes. Very Happy
_________________
----En rêvant je pleure, en rêvant je souris, à la vie à la mort, puis je m'endors----
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 12:31    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

jolly jumper a écrit:
Quand je ne vais pas bien, je n'arrive pas vraiment à trouver l'inspiration pour faire un truc potable. A un moment donné, je m'énerve, je voudrais trouver mais je n'y arrive pas..


C'est souvent comme ça pour moi aussi.


Mais le perfectionniste est un "défaut" indispensable de toute façon. Mr. Green
Le truc c'est que des fois ça peut altérer l'idée de base qui était justement peut-être lié à une certaine émotion que l'on aurait voulu faire ressentir.


Pour ce qui est de composer à 2, bravo.
Personnellement, je pense que j'aurais beaucoup de mal, à moins d'être très en phase avec cette personne donc...


Et puisque tu parles de temps, ça me fait penser à soulever une autre question : est-ce que la spontanéité est indispensable pour ne pas perdre cette inspiration possible, pour ceux qui en ont besoin ?
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
jolly jumper
Wax

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2008
Messages: 2 696
Localisation: loire_ Rhône alpes
Sexe: Indogirl
Indosong: Electrastar
Âge: 27

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 12:36    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Pour trouver l'idée, oui, il y a une certaine spontaneité. Enfin, ça dépend en fait.
IL y a deux démarches: soit tu crées comme ça, sur le moment, il y a un truc qui te vient, dans ce cas tant mieux. L'inspiration est alors spontanée.
Soit, et c'est le cas par exemple de Nicola Sirkis sur le dernier album, tu sors, tu lis, tu prends toutes les mesures possibles pour trouver une inspiration. Dans ce cas, tu la recherches, elle ne vient pas toute seule.

Le résultat peut-être bien dans les 2 cas, même si personnellement, je trouve plus de génie dans l'inspiration spontanée, même si ça peut paraitre un peu moins pensé au début.
_________________
----En rêvant je pleure, en rêvant je souris, à la vie à la mort, puis je m'endors----
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 12:38    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

En fait ce que je voulais dire c'est si quand on avait l'inspiration, l'émotion captée, si il fallait la transmettre dans sa création spontanément, à l'état "brut", presque, ou alors laisser "mûrir" et peut-être mieux dévelloper pour un résultat... différent ? Razz
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
jolly jumper
Wax

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2008
Messages: 2 696
Localisation: loire_ Rhône alpes
Sexe: Indogirl
Indosong: Electrastar
Âge: 27

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 12:47    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

ah ben ça, c'est une question de choix. Comme tu dis  le résultat sera différent, mais il n'y a pas selon moi une meilleure option que l'autre.
_________________
----En rêvant je pleure, en rêvant je souris, à la vie à la mort, puis je m'endors----
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 13:04    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Oui voilà. ^^

Cela dit, la spontanéité permet de mieux véhiculer les émotions transmises, même si le texte ou l'image ou le son devait être moins travaillé, à l'inverse d'un travail plus approfondi mais où la transimisson des émotions seraient peut-être altérées avec le temps.
C'est là justement que se pose cette sorte de euh, dilemne, pour moi. ^^
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 15:50    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

le croc blanc de konoha a écrit:
Et donc, comme la question du dessus, mais adressé uniquement à toi ici. Razz

Est-ce qu'il t'arrives de retravailler tes textes, une fois relus et que tu n'es plus dans cet état de "transe" ? Est-ce que donc tu veux l'améliorer (selon ce que tu penses ce qu'il y a à améliorer) ou le laisser à l'état brut des émotions qui l'ont construits ?

Je ne retravaille jamais mes textes. Non pas par prétention mais par souci d'authenticité. Mon but n'étant pas de créer un texte le plus parfait possible (puisque ce sont surtout des écrits, je fais bien moins de dessins ou de peintures), je cherche avant tout à ce que mes phrases révèlent exactement l'émotion du moment, que le sentiment ou l'impression soit captée sur le papier. Parce qu'en retravaillant, je trouve que l'on veut gagner en perfection mais que l'on perd, finalement en spontanéité. Comme un traducteur qui traduirait un texte, on en trahirait un peu le contenu, en le modifiant. Un dicton italien dit "Traduttore, tradittore!", ce qui signifie "Traducteur, traître!".

Je suis une grande admiratrice de Nathalie Sarraute, un écrivain français d'originie russe, et de ses tropismes. En biologie, le tropisme est une réaction d'orientation d'une plante, souvent, un tournesol qui se tourne vers le soleil, comme le dit son nom. En littérature, ça a d'abord été un mouvement soudain, une force obscure. Nathalie Sarraute a cherché toute sa vie à exprimer des tropismes, dans ses oeuvres. Mais la concernant, c'était des sentiments inexpliqués, soudains, intenses.

C'est ce que je recherche: l'expression de l'instant présent.
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 16:06    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Unita a écrit:
je cherche avant tout à ce que mes phrases révèlent exactement l'émotion du moment, que le sentiment ou l'impression soit captée sur le papier. Parce qu'en retravaillant, je trouve que l'on veut gagner en perfection mais que l'on perd, finalement en spontanéité.


Oui voilà, je vois aussi la chose comme ça.
Priviliéger donc l'authenticité des émotions, pour reprendre ce que tu as dit, à la perfection du travail réalisé.
Mais encore une fois, tout dépend de ce qu'on veut faire de cette création.

Après, pour prendre l'exemple de réalisations qui entraîne une médiatisation, avec dépenses et tout et tout, je pense que c'est beaucoup moins faisable, malheureusement...
On pourrait dire, que pour contrecarrer cet "handicap" (pour ceux qui le voit comme ça) il y a des concerts, des pièces de théâtre...


Par contre, quitte à passer pour inculte ou débile, j'ai pas tout compris à l'historie de tropisme.
C'est comme suivre un sentiment, une émotion inexplicable pour s'en servir dans son texte, c'est ça ? Embarassed
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Little Dreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 19:39    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

le croc blanc de konoha a écrit:
En fait ce que je voulais dire c'est si quand on avait l'inspiration, l'émotion captée, si il fallait la transmettre dans sa création spontanément, à l'état "brut", presque, ou alors laisser "mûrir" et peut-être mieux dévelloper pour un résultat... différent ? Razz

Personnellement, je pense qu'il est essentiel de retravailler ses créations (je le fais tout le temps, au minimum deux à trois fois). A mon avis peu (voir aucun) d'artistes laissent leurs travaux à l'état brut. Je vois le processus de création comme le chemin d'un diamant :

 Au début on cherche dans la boue et on finit pas trouver un diamant brut plus ou moins gros et on décide de l'appeler "Inspiration".

Ensuite, parce qu'on aime bien tout faire soi-même, on va le nettoyer puis le tailler.

À force de le tailler, il devient de plus en plus petit mais ses traits sont de plus en plus parfaits et une fois content du résultat, on lui donne le nom "Oeuvre" et on l'expose, ou pas, aux yeux du publique.  Mr. Green
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 10 Mai 2010 - 22:35    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

J'aime bien la comparaison, c'est assez clair et simple à comprendre (). Razz

Après, personnellement, je suis aussi de ce genre. A vouloir perfectionner au maximum.
Mais je crois que justement que "je me perds moi-même", ce que je voulais faire ressortir.


Cela dit, il n'y a pas aucun artiste qui laissent à l'état brut, puisqu'Unita quelques messages pluis haut à affirmer ne rien retoucher. Mr. Green


Mais merci à tous de poster, ça m'aide à comprendre quelques petits trucs. Okay
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Mar 11 Mai 2010 - 10:53    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

le croc blanc de konoha a écrit:
Cela dit, il n'y a pas aucun artiste qui laissent à l'état brut, puisqu'Unita quelques messages pluis haut à affirmer ne rien retoucher. Mr. Green

Merci du compliment! Après tout dépend quel type de personne on classe dans la catégorie artistes.

Pour moi, c'est quelqu'un qui est parvenu à transmettre un message, une émotion, par le biais d'une oeuvre, quelle qu'elle soit: une pièce de théâtre, une poésie, une peinture, une démonstration d'arts martiaux.

Pour les tropismes, tu peux te pencher sur Wikipédia La Grande ou Enfance de Nathalie Sarraute. Mais je vais tenter d'expliciter ce terme ici. Ce sont des émotions soudaines et inexpliquées que l'on essaie de retranscrire sur le papier, sans en trahir l'authenticité, sans leur coller une étiquette. Par exemple, Nathalie Sarraute ne dira pas "Il est en train de tomber amoureux" mais plutôt "En lui, des papillons dansent dans son ventre... ses yeux brillent... sa voix se fait timide, incertaine... une certaine gêne le gagne, tandis que ses yeux se perdent dans la contemplation du visage de la jeune femme...".


Et pour revenir au sujet, je pense sincèrement que l'on n'a pas besoin de retravailler son oeuvre pour transmettre un message ou faire passer une émotion. Après, comme dit Bruno, tout dépend de ce que l’on cherche à montrer et de ce que l’on souhaite trouver dans l’Art.
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Mar 11 Mai 2010 - 11:05    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Oh bah comme j'ai dit dans mon 1er message, j'aimerais que ce mot soit ici considéré dans son sens le plus large et global.
Juste en se basant sur la définiton première de "Art". ^^

Après tout, parler à la place d'autres artistes "professionnels" dirons-nous, est un peu difficile.
Tout comme parler à la place de quelqu'un d'autre d'ailleurs. C'est très personnel, donc bon.


Ah d'accord, je vois pour le "tropisme". C'est en quelque sorte euh, une "décortication littérale".
C'est souvent ce qui fait le charme de bons textes d'ailleurs.


Unita a écrit:
Je pense sincèrement que l'on a pas besoin de retravailler son oeuvre pour transmettre un message ou faire passer une émotion.


C'est aussi ce que je pense.
Cela dit, mon perfectionnisme se transformerait en défaut, et j'aurais tendance, à retoucher tel ou tel truc parce que ce serait mieux comme ça (pour moi) et au final, c'est un risque de faire perdre l'authenticité de la transmission du message, des émotions...

Ou alors après faut être doué et savoir garder le message transmis tout en retouchant l'oeuvre artistiquement.
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Ulysse
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2007
Messages: 1 511
Localisation: Lille
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 19

MessagePosté le: Mar 11 Mai 2010 - 21:45    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

 Je ne m'exprime pas (plus) souvent sur ce forum, mais j'avoue que c'est un thème qui m'intéresse beaucoup ! Pour mon cas je vais plutôt parler de composition musicale, car c'est mon domaine de prédilection...


Les situations de création (j'entends ici l'ébauche première d'un morceau, et non une reprise totale, partielle, un ajout ou un peaufinement...) sont assez multiples. Tout du moins, j'en ai déjà expérimenté plusieurs. Je vais essayer de les énumérer de l'inspiration la plus concrète à la plus abstraite.

- Entre reprise et création. Il m'est déjà arrivé, rarement et quand j'étais en période de non-inspiration, d'aller chercher un morceau que j'appréciais, et d'en reprendre une suite d'accords, des sonorités, un riff ou une mélodie pour la réarranger à ma manière. Dans le but ici de tenter de recréer un univers semblable au modèle, sans le copier... Je ne fais plus ce genre de démarche, car j'arrive facilement à accéder à d'autres situations (j'en parlerai plus bas), et je me vois parfois dans celle-ci comme une sorte de voleur. En tout cas, j'ai dû mal à reconnaître l'authenticité totale de l'œuvre. De plus, quand ça n'échappe pas aux oreilles des autres, on se sent assez mal à l'aise. C'est cependant un bon entrainement (surtout quand on débute), et parfois une voie préalable à une idée originale qui donnerait un tout autre morceau

- La ré interprétation. J'aimerai reprendre le concept qu'évoquait le chanteur du groupe Oxygen quand on lui demandait "Pourquoi ce nom ?". Il disait que ça reflétait sa conception de la musique : c'est-à-dire quelque chose qu'on inspire, qu'on transforme en nous pour finalement le faire ressortir sous une forme différente. Je pense qu'on le veuille ou non, une part des œuvres que nous réalisons est toujours à rattacher à ce phénomène. Ici donc, il s'agirait de puiser dans des émotions, des messages, des textes, des énergies qui ont pu nous toucher... Que ce soit dans l'art ou dans la vie. Le plus dur consiste donc à relater cette substance immatérielle... Parfois la mélodie est déjà en nous, avec un peu d'expérience on arrive à en restituer une partie, dans le meilleur des cas la totalité.

- L'instantané. Il m'est arrivé plusieurs fois, en jouant de la guitare pendant un moment, de me retrouver dans cette situation. C'est cependant un moment assez rare et très spécial. C'est souvent après joué beaucoup de choses et d'autres, que ce soit reprises ou compositions. Je me met à transformer mon jeu et à trouver des sonorités originales (d'après moi). Mon esprit se met alors en accord avec la matière. Tel ou tel son me donne tel sentiment... Je le met en relation avec des idées, des choses de ma vie... Et j'essaye de poursuivre dans cette voie pour rendre le mieux compte de la nouvelle énergie qui a immergé en moi. Parfois ça vient tout seul (hasard ou pas ?), parfois c'est un peu plus dur, et on cherche parfois sans arriver à exprimer ce que l'on veut. Quand ça fonctionne, je trouve instantanément un titre au morceau.
  J'aimerai aussi mettre cette situation avec une autre, bien moins mystérieuse : Sans activité préalable, je cherche à tatons des mélodies. Parfois c'est concluant et parfois pas... Mais quand ça l'est, le phénomène peut croître en puissance et faire remonter une atmosphère de création semblable à celle que je viens d'évoquer !





Pour continuer sur le 2e débat lancé dans le topic... Je pense que la restitution de l'instantané est absolument indispensable, car c'est elle qui peut donner en puissance l'émotion la plus forte. Combien de fois je me suis mordu les doigts de ne pas avoir enregistré ou noté telle ou telle mélodie qui m'est sorti de la tête, mais qui, quand je l'avais trouvée/imaginée, m'avait frappé ! Mais la retouche, en musique, et également très importante. Déjà, elle permet de corriger quelques erreurs techniques, mais elle peut aussi contribuer à renforcer le morceau. Si l'on a bien rendu compte de l'émotion de base, on peut se permettre de peaufiner sans dénaturer... mais il y a des limites, comme pour tout !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Mar 11 Mai 2010 - 23:03    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

N'ayant que très peu d'expériences dans la musique, il m'est assez difficile de me représenter tes paroles pour que je les comprenne plus profondément. Embarassed
Même si l'idée globale reste la même...


Ulysse a écrit:
Ici donc, il s'agirait de puiser dans des émotions, des messages, des textes, des énergies qui ont pu nous toucher... Que ce soit dans l'art ou dans la vie.


Je pense que c'est un peu tout le monde de toute façon, inconsciemment ou non. Razz
Et sinon, sa vie est un art qu'il faut savoir gérer. Cool


Citation:
J'aimerai aussi mettre cette situation avec une autre, bien moins mystérieuse : Sans activité préalable, je cherche à tatons des mélodies. Parfois c'est concluant et parfois pas... Mais quand ça l'est, le phénomène peut croître en puissance et faire remonter une atmosphère de création semblable à celle que je viens d'évoquer !


Oui voilà. Se forcer à composer reste une bonne chose dans le cas où c'est dans le cadre du travail et où il faut fournir quelque chose. Mais à titre personnel, est-ce vraiment "adapté" ? Bon certes, on peut trouver des bonnes choses, à tâtons même, comme tu parlais plus haut, et finalement faire venir l'émotion qu'on n'aurait peut-être pas trouvé avant plusieurs semaines ou plus.
Mais est-ce aussi "authentique" que si on avait composé avec l'émotion dans les tripes, avant ?

Bon bien sûr, je ne dis pas que ce sera moins bien. Tout ça reste très aléatoire. Razz


Citation:
Combien de fois je me suis mordu les doigts de ne pas avoir enregistré ou noté telle ou telle mélodie qui m'est sorti de la tête, mais qui, quand je l'avais trouvée/imaginée, m'avait frappé !


Comme je comprends. Laughing
Des fois j'avais l'impression que dnas ma tête avait germée une phrase à la résonnance magique et à la fluidité parfaite, mais elle s'envolait aussi vite qu'elle est venue sans même penser à la noter.



Mais encore une fois, il faut penser à différencier le côté "professionnel" de la chose au côté purement artistique. ^^
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Ulysse
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2007
Messages: 1 511
Localisation: Lille
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 19

MessagePosté le: Mar 11 Mai 2010 - 23:51    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Oui, je pense qu'on ne parle pas de l'art professionnel... En tout cas il n'y a rien de compliqué ou technique dans mes propos, donc pas de sens caché ou de notion compliquée :p

Pour la première citation, nous sommes d'accords (je l'ai dit dans mon message)

Pour ce qui est de la création à tâtons sans source pré-définie, effectivement ça perd cruellement en authenticité... En général je ne continue pas si ce que je construis ne m'inspire pas plus que ça... Et je pense qu'on est plus enclin à vouloir créer des choses qui sont nées de sentiments forts, plutôt que d'essais aléatoires !


PS. Effectivement, je parle de musique mais tout ça se retrouve dans le dessin, l'écriture, etc...
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:01    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Oui, ça se retrouve, c'est clair, et tu n'emploies pas de termes techniques, donc y'a pas de soucis de compréhension. ^^
Mais ce que je voulais dire en fait, c'est que j'ai plus de mal à me mettre à ta place en lisant tes propos. Very Happy


Ulysse a écrit:
Et je pense qu'on est plus enclin à vouloir créer des choses qui sont nées de sentiments forts, plutôt que d'essais aléatoires !


Je pense aussi. Dans le cas contraire, c'est sans doute qu'on a plus la fibre professionnelle et médiatique, peut-être. ^^
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Nadine_crow
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 1 960
Localisation: Assise sur ma chaise
Sexe: Indogirl
Âge: 25

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:07    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Little Dreamer a écrit:

Personnellement, je pense qu'il est essentiel de retravailler ses créations (je le fais tout le temps, au minimum deux à trois fois). A mon avis peu (voir aucun) d'artistes laissent leurs travaux à l'état brut. Je vois le processus de création comme le chemin d'un diamant :

 Au début on cherche dans la boue et on finit pas trouver un diamant brut plus ou moins gros et on décide de l'appeler "Inspiration".

Ensuite, parce qu'on aime bien tout faire soi-même, on va le nettoyer puis le tailler.

À force de le tailler, il devient de plus en plus petit mais ses traits sont de plus en plus parfaits et une fois content du résultat, on lui donne le nom "Oeuvre" et on l'expose, ou pas, aux yeux du publique.  Mr. Green


Certains appellent cela aussi "relique".
En gros, c'est dur à expliquer, mais on n'est pas totalement maître de ce que l'on trouve (je parle de la relique). Elle est là à portée de main (en fait c'est l'idée brute qui germe d'un seul coup, pour être plus claire), on choisit de la ramasser ou pas, et on la dépoussière, on l'exploite.

Pour parler d'écriture, tous les auteurs ou presque que j'ai pu voir s'exprimer (soit par médias pour les plus connus, soit sur un forum de travail approprié) parlent de la Muse.
C'est un genre de personnage imaginaire, une force mentale qui déboule brusquement et passe à votre portée. Elle transporte l'idée brute (la relique). Libre à vous de l'attraper au passage ou non pour récupérer le bébé, mais quand c'est trop tard, c'est trop tard, l'idée brute s'estompe comme un rêve.
En général, c'est facile de savoir quand la Muse rapplique, vous êtes soudain pris d'un besoin irrépressible de jeter l'idée sur papier ou ordinateur.
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:12    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Ah oui les Muses. J'avais oublié ça. xD

Comme toutes théories, croyances et tout ça, je laisse toujours une part de doute sur ce que je pense être vrai ou faux.
Et ici, je n'y crois pas vraiment. Mais bon...


Je pense justement que l'inspiration naît des sentiments, émotions et tout ça.
Il est vrai qu'il arrive parfois d'avoir des "éclairs", comme dit un peu plus haut, mais je pense que c'est lié à l'esprit humain, et rien d'autre. Razz
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Nadine_crow
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 1 960
Localisation: Assise sur ma chaise
Sexe: Indogirl
Âge: 25

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:18    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Oui, c'est un genre de personnage qui n'existe pas, hein, mais ça métaphorise les éclairs. ;-)

En revanche, il faut écrire beaucoup pour se rendre compte que tu ne fais que mettre en route un monde et qu'il se développe plus ou moins indépendamment de toi. Les auteurs confirmés savent en parler mieux que moi. Dommage, j'avais un article à ce sujet il y a quelques mois, article rédigé par un écrivain de fantasy. Il parlait du choix des personnages.

Si un jour je remets la main dessus, je pense à toi. Okay
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:24    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Oh y'en a qui y croient réellement, qui pensent que ce sont des sortes de euh, fées de l'Art. ^^


Je pense voir vaguement ce que tu veux dire par ce monde qui se développe avec l'expérience.
C'est en quelque sorte, des bases artistiques qui s'ancrent dans l'esprit pour les réutiliser plus facilement pour une prochaine fois ? Razz
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Nadine_crow
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 1 960
Localisation: Assise sur ma chaise
Sexe: Indogirl
Âge: 25

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:35    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Non, en fait tu jettes les bases d'un monde plus ou moins réel (ça dépend si tu écris de la litté. générale, du fantastique, de la science-fiction) avec une idée globale plus ou moins prononcée. Pareil pour les personnages, au début c'est un profil type (nom, âge, style de fringues, grands traits de personnalité, etc...). Les plus méticuleux te font un plan et des fiches personnages. Voilà la partie rationnelle.

Et vient alors la partie qui te dépasse complètement : tu t'absorbes dans l'écriture proprement dite, tu développes ton récit, tes personnages s'affinent, deviennent bien plus humains, comme de vieux copains que tu as toujours connus. A tel point que parfois, si tu dois t'en séparer parce qu'ils ne conviennent plus, ça revient à du meurtre. C'est assez bizarre, faut écrire pas mal de fictions pour comprendre cela.
Résultat : quelques semaines / mois après, tu regardes vraiment ton histoire avec un oeil plus froid, plus neuf (il faut faire une pause et revenir dessus pour que ça marche) et là tu te rends compte que ton monde, bah tu en étais pas mal spectateur en fin de compte. Tes personnages ont pris leur liberté et, parfois, te font n'importe quoi (il est important de rebosser ses passages dans ce cas) et semblent ne pas te demander la permission de vivre. Leurs personnalités ont aussi évolué avec le récit, comme de vrais humains que tu suis toute une vie.

Pour t'en convaincre, surfe sur les forums qui parlent de jeunes écrivains et de leurs oeuvres en cours, tu ne seras pas déçu. Okay
Revenir en haut
ChLo
Alice & June

Hors ligne

Inscrit le: 06 Fév 2007
Messages: 7 556
Localisation: Genève
Sexe: Indogirl
Indosong: Le grand soir
Âge: 26

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 00:48    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

Pour ma part, je suis d'accord avec Little Dreamer, tout en précisant que c'est ma conception du procédé artistique et qu'elle n'exclut pas les autres.
Je suis une vraie maniaque, et j'ai donc tendance à (re)travailler tout ce que j'écris, que ce soit des textes personnels, des travaux scolaires et même des lettres aux parents. J'aime que tout soit le plus cohérent possible, que ce soit fluide, et que chaque tournure de phrase soit la plus simple et "élégante" possible. Je parle de la langue car c'est ce que j'aime le plus et étudie, mais c'est valable aussi dans les autres domaines.
Je suis quelqu'un de très spontané dans mes gestes et mes paroles, et du coup je pense que je conçois le procédé """artistique""" comme quelque chose de plus rassurant, car il permet de s'exprimer tout en contrôlant ce qu'on fait, contrairement aux agissement spontanés que je regrette souvent par la suite. Je ne pense pas que ce soit forcément une dénaturation et une perte du spontané que de retravailler ce qu'on produit. J'aime bien la comparaison avec le diamant : partir d'un sentiment, d'un état du moment puis le retravailler pour obtenir un résultat qui nous satisfait. Il faut dire aussi, et cela va de paire avec mon côté maniaque, d'une certaine manière, que j'attache beaucoup d'importance à l'esthétique. J'aime les belles phrases, les formulations poétiques, les figures de style. Je suis du genre à admirer le travail de Baudelaire, que je trouve presque "scientifique" : chaque phrase, chaque mot est travaillé(e), rien n'est laissé au hasard. Il y a un gros travail derrière, sans pour autant enlever l'aspect authentique, à mes yeux. L'auteur a tout simplement réussi, à travers un procédé méticuleux, à figurer des sentiments. Quand je lis Baudelaire, je me dis souvent "c'est bien ça, je l'ai déjà ressenti mais je n'arrivais pas à mettre des mots dessus" ou alors "je ne connais pas ce sentiment, mais cette phrase me permet de me le figurer". Je pense que c'est à ça que j'aimerais arriver, moi aussi, si je me lançais dans la littérature ou dans l'art.

C'est ma vision des choses, et je pense que le but d'un auteur qui écrit de manière plus spontanée est le même (enfin je ne le pense pas, j'en suis sûre !) C'est simplement que moi, ça ne me touche pas, ou en tout cas moins. Il y a des exceptions bien sûr, notamment avec Céline, qui emploie un langage familier et même parfois vulgaire qui semble donc plutôt découler d'un procédé d'écriture spontané, et que j'adore. Mais par contre, j'avoue avoir beaucoup de peine avec Nathalie Sarraute (pardon Unita Laughing ) ou, de manière plus générale, avec les auteurs du Nouveau Roman. ll n'y est pas forcément question d'une écriture spontanée, mais d'un jeu fait d'ellipses, d'évocations plus ou moins claires, de temporalités "renversées"... c'est même parfois l'exemple inverse : le travail est tellement recherché de manière à ce que tout doive être analysé pour que ça fasse sens, que ça en perd sa fluidité et devient trop "bordélique" à mes yeux.

Au final, pour résumer ma vision du procédé artistique, je dirais que je suis particulièrement attentive à l'aspect esthétique d'un texte, et que je pense que pour cela, il faut obligatoirement retravailler ce que l'on produit. Cependant, j'aime qu'un texte ait une certaine fluidité et ne soit pas trop "obscur" ou bordélique (pour donner un exemple, un extrait de La belle du seigneur de Cohen tente de représenter les pensées d'un des personnages, et ceci en enlevant toute ponctuation, en tronquant la syntaxe et certains mots, et en sautant du coq à l'âne ; cela est certes assez bien représentatif de ce qui se passe véritablement dans notre esprit, mais ce n'est pas pour autant que j'ai pris du plaisir à le lire...) Mais cela ne veut pas dire que je pense qu'un texte doive être compris de manière "instantanée" ; au contraire, je pense qu'une des marques de la qualité d'un texte réside dans le fait qu'on peut y trouver de nouveaux éléments à chaque lecture. Je pense par exemple qu'il n'est pas possible de comprendre Baudelaire en une lecture, et c'est bien ce qui fait une partie de sa puissance. [Et puis bon, comme toute personne qui étudie la littérature, il faut dire que je suis une adepte de la branlette de cerveau... ]

J'ai peut-être un peu détourné le sujet initial dans le sens où j'ai surtout parlé de ce que je recherche dans un texte, plus que de ma façon de procéder. C'est simplement dû au fait que j'écris peu (et c'est surtout par périodes) et que je n'aime pas particulièrement en parler, et aussi parce que je suis passionnée par la littérature, et plus particulièrement par les procédés mis en œuvre par les écrivains pour figurer la vie humaine sous toutes ses coutures. C'est pour ça que j'en ai fait mes études, d'ailleurs. Bref, OSEF.

EDIT, étant donné qu'il y a eu un échange de posts pendant que j'écrivais mon pâté ( ).

Je suis d'accord avec Nadine_crow également. Un poème que j'ai écrit et dont je suis malgré tout assez satisfaite, même s'il ne parle pas de moi, et venu d'une obsession, de phrases qui m'ont trotté dans la tête pendant une soirée et une nuit. Je l'ai beaucoup travaillé mentalement, puis sur une feuille avant de l'écrire. Et si j'ai dit qu'il ne parlait pas de moi, c'est qu'il figurait les sentiments d'un personnage qui était très présent dans mon esprit à l'époque et qui, d'une certaine manière, s'était "imposé" dans mon esprit. J'ai d'ailleurs pendant un moment considéré l'idée d'écrire une nouvelle autour de ce personnage et d'utiliser ce poème comme ouverture, mais comme beaucoup d'autres projets, je ne l'ai pas concrétisé. Je pense que même si je suis une férue d'écriture, je ne sens pas particulièrement l'envie de m'y mettre réellement. Je préfère l'examiner de manière extérieure, en jouant avec de temps en temps.

EDIT 2, parce que je n'ai pas envie d'aller me coucher et que j'ai quand même envie de répondre à la première question de Croc blanc  Mr. Green :
En général, lorsque j'ai envie d'écrire, c'est souvent quand je me sens dans un état particulier, c'est-à-dire soit la tristesse ou la mélancolie, soit ce genre d'état bizarre et très difficile à décrire durant lequel je me sens particulièrement vivante et consciente du monde qui m'entoure, et de qui je suis. ça m'arrive quand je viens d'éprouver quelque chose de fort, ou lorsque je vais mal... j'ai tendance à me sentir particulièrement vivante lorsque j'ai mal, et à en tirer, au final, quelque chose d'assez positif (c'est mon côté masochiste ). Je ne veux pas dire par là que je pense qu'il faut souffrir pour créer, au contraire je trouve que c'est un cliché qu'il faut éviter, mais que lorsque quelque chose me fait du mal ça me procure des émotions fortes. J'ai besoin de ça. Ma vie est faite de moments forts, je recherche constamment ça pour me prouver que je suis en vie et pour en profiter pleinement, que ce soit en me faisant du mal ou en vivant des beaux moments. La différence entre les deux est que je ne ressens pas le besoin d'exprimer mes pensées positives. Celles-là, je ne cherche pas à les comprendre ou à les capturer. Je les vis tout simplement. Je ne cherche pas non plus à en voir la représentation d'autres personnes, ce qui explique pourquoi j'écoute une majorité de groupes et artistes réputés pour leur côté "sombre".
J'ai donc tendance à ressentir le besoin d'écrire lorsque je suis sous l'emprise d'émotions fortes, ou alors lorsque j'ai une idée en tête. Là, l'écriture apparaît comme une sorte de libération : j'ai besoin d'écrire ce qui m'obsède pour pouvoir passer à autre chose. Et, étant en train d'étudier la littérature de manière "intense" (à trois semaine des exas, quoi^^), je suis de plus en plus tentée de reprendre le procédé d'écriture non pas particulièrement pour coucher mes ressentis sur papier, mais pour mettre en œuvre ce que j'étudie à longueur de journée, transformant l'écriture en un jeu, un peu dans le même ordre d'idée que les Exercices de style de Raymond Queneau.

Wow, ça faisait un bon bout de temps que je n'avais pas écrit un aussi gros pavé ! Désolée, d'ailleurs.
_________________
« Want you so bad I can taste it
But you're nowhere to be found
I'll take a drug to replace it
Or put me in the ground »

Placebo
Revenir en haut
Nadine_crow
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 1 960
Localisation: Assise sur ma chaise
Sexe: Indogirl
Âge: 25

MessagePosté le: Mer 12 Mai 2010 - 12:42    Sujet du message: L'inspiration artistique Répondre en citant

ChLo a écrit:

Je suis une vraie maniaque, et j'ai donc tendance à (re)travailler tout ce que j'écris, que ce soit des textes personnels, des travaux scolaires et même des lettres aux parents. J'aime que tout soit le plus cohérent possible, que ce soit fluide, et que chaque tournure de phrase soit la plus simple et "élégante" possible. Je parle de la langue car c'est ce que j'aime le plus et étudie, mais c'est valable aussi dans les autres domaines. 


Ah mais, il faut retravailler ses textes ! (si on veut leur donner une vie plus longue que le spontané). Tous les textes parus à ce jour (chez des éditeurs classiques) ont été travaillés, retravaillés, et même récrits dans l'intégralité pour bon nombre d'entre eux. Est-ce que ça lui enlève de la fraîcheur ? Pas du tout, c'est le point de vue de l'auteur qui doit le rester. Sa manière de penser et voir le monde, donc.
Un texte spontané, ce sont des mots qui ont été couchés sur le papier sans être réfléchis dans leur choix judicieux. Cela n'empêche pas d'avoir une bonne (très bonne ?) base pour commencer. De toute manière, si un texte est franchement mauvais, vous pouvez le récrire il le restera. Le retravail consiste à épurer le texte pour que le style soit plus fluide, et donc obtenir un texte qui soit clair comme de l'eau de roche, agréable à lire. C'est là qu'on embellise la langue et pas ailleurs ! Chaque mot est pesé.
Donc oui, il est très rare que rebosser un texte soit nocif pour lui.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:53    Sujet du message: L'inspiration artistique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indotalk Index du Forum -> Vous et le reste du monde -> Art Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 

 
Sauter vers:  
www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com