Indotalk Index du Forum

Indotalk
Le forum sur Indochine

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Pour information 


Viens annoncer ta présence aux concerts, pour revoir les anciens et faire la rencontre de membres du forum: c'est par ici que ça se passe.
L'amour

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indotalk Index du Forum -> Vous et le reste du monde -> La Taverne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maxime
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 5 450
Localisation: Dijon
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 25

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 00:36    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
A l'issue d'un début de débat sur ce thème dans le topic jeux, j'ai eu envie de créer ce topic là pour en savoir plus sur ce que l'amour vous évoque, que ce soit de la souffrance dû à son absence, une frustration précédant ou succédant son appréciation, ou pour d'autres raisons encore, et bien sûr, que cela concerne également d'autres types de sentiments, d'émotions, ....

Je décide de laisser ce sujet relativement libre, c'est à dire sans grandes précisions, l'idée étant de participer autour de ce thème à plusieurs niveaux, en engageant des réflexion faisant pourquoi pas appel à des connaissances, mais également dans l'idée que chacun puisse faire part si il le souhaite de son vécu, de son rapport à l'amour du moment. Et pourquoi pas donc, de rendre compte de la possible transformation de sa vision de l'amour au fil du temps passant et de ses expériences en la matière.

Bien sûr le terme "amour" regroupe plusieurs signification et je démarquerais notamment l'amour amoureux(celui qui m'a fait créer ce topic finalement) qui en est une forme particulière comme une autre, même si j'ose supposer que de cet amour amoureux peut découler d'autres formes d'amours qui finissent par se détacher de l'affect initial par lesquelles ils furent générés. Sujet que j'estime donc ambigu, et je verrais si vos posts, si il y en a, me le confirment, et si oui, à quel point.

Pour conclure ce post qui se veut vague, je poserais quand même une question: pour vous, l'amour finit-il toujours par se rattacher d'une manière ou d'une autre à de la souffrance?
_________________
La pratique est une bonne école pour la théorie, et la théorie est une bonne école pour la pratique.
Revenir en haut
Little Dreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 01:11    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Pour répondre à ta question : en bref oui, je pense qu'à un moment ou un autre on en souffrira.
Après ça ne veut pas dire que l'amour est un sentiment négatif, ni que la souffrance est le point final à tout amour.
Mais je pense que l'amour n'est pas si différents de nos autres relations sociales.

Dans une relation amoureuse ou autre on en arrive, à un moment ou à un autre, à s'engueuler et donc à souffrir.
Après il ne tient qu'à nous de régler ce conflit de manière satisfaisante en faisant des compromis.


Sinon j'ai eu plusieurs rapports à l'amour:

Au début je pensais que c'était quelque chose de géniale, que ça me guérirait de tous mes soucis (ou que tous mes soucis étaient du au manque d'amour dans ma vie) et que l'amour s'était tout sacrifier à l'autre.

Je pensais vraiment que faire passer l'autre avant soi était une preuve d'amour.
À l'époque j'étais assez mal de ma peau, ceci expliquant en partie cela.

Première relation amoureuse, premières joies et premières souffrances.
Que j'ai très mal gérées, j'ai fait des choix stupides, j'ai beaucoup souffert. J'ai beaucoup fait souffrir aussi.
Il m'a fallut un certain temps pour m'en remettre mais je pense que c'était une bonne expérience, j'en garde quelques bons souvenirs, les mauvais me laissent indifférent.

À force de travail sur moi-même et de réflexion je pense en avoir retiré beaucoup et je ne regrette pas.

À la suite de cet échec amoureux, ma vision avait changé.

À ce moment là, l'amour pour moi était un partage entre deux personnes heureuses et épanouies dans leur vie de célibataire. C'était construire un "plus" à deux. Donc faire des compromis et se remettre en questions.

Cette fois c'est moi qui y ai mis fin car la relation ne me satisfaisait plus et que l'option du dialogue n'avait mené à rien.
J'en ai peut-être plus souffert que la première fois et j'en ai retiré moins de chose.
Mais c'est plus récent aussi donc ce n'est pas un avis définitif.


Ma version actuelle se résume à : "Been there, done that, got the t-shirt" (J'ai été là, j'ai fait ça, j'ai le t-shirt) passons à autre chose.

Après deux passions amoureuses et deux échecs, je pense avoir fait le tour.

Pas que j'ai tout vécu, ni même que je suis expert dans le domaine. Mais j'ai vu ce que ça pouvait m'apporter, j'ai vu ce que ça pouvait me prendre.

C'était une expérience à vivre mais vu que je considère maintenant que les passions en tout genre sont un obstacle à une vie épanouie, je ne tiens pas à la retenter encore une fois.

Qui plus est, il y a une quantité énorme de choses que je veux vivre et construire de nouvelles relations amoureuses me demanderaient une dépense de temps que je pourrais utiliser à meilleur escient pour faire des choses qui m'apporteront plus que ne m'apporterait une nouvelle relation. Je vis donc très bien mon célibat.
Revenir en haut
Maxime
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 5 450
Localisation: Dijon
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 25

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 01:26    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Ah, merci pour ce point de vue/témoignage tout à fait pertinent. Okay
_________________
La pratique est une bonne école pour la théorie, et la théorie est une bonne école pour la pratique.
Revenir en haut
Ariane-Solal
L'Aventurier

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 63
Localisation: Lyon
Sexe: Indogirl
Indosong: Venus
Âge: 21

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 01:41    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

J'ai envie de répondre à ce sujet en postant ici un texte que j'ai écrit il y a déjà deux ans mais qui reste toujours très vif pour moi, en fait, en le relisant ce soir... j'aime toujours la personne à qui j'ai pensé en écrivant ce texte. Une histoire très compliquée, où les barrières avec l'amitié n'ont jamais été claires. 


"Amour.
Voilà un mot tellement malmené, qui trace son chemin en silence, survient sans qu'on le lui demande, et qui ne peut s'effacer une fois qu'il a été prononcé. Il y a la fatalité de la parole, cette fameuse et terrifiante fatalité de la parole qui concrétise et rend indélébile ce qui sort de l'esprit. Pourquoi les mots blesseraient-ils sinon ? Il n'y a rien à comprendre et à justifier, si c'est ce mot qui s'impose il faut juste l'accueillir. Il n'y a rien de plus vain que de dire à quelqu'un qui affirme “j'aime” que de vouloir lui montrer qu'il est dans le tort, que ce n'est pas cela. Ici il n'est pas question de raison, de raisonnement. Encore moins de tort. Juste une question d'impuissance et de... Sacrifice inutile.
Il n'y a encore pas si longtemps, elle était du genre à dire en souriant que l'amour c'est ce que l'on ressent lorsque l'on est malade suite à un sms qui reste sans réponse. Mais le ton devient réellement grave maintenant. L'amour c'est peut être ce qui fait marcher les jeunes filles de travers pendant plus de deux heures autour des remparts qui n'en finissent pas d'une ville étrangère, suite à une nuit où le monde s'est retourné. L'amour c'est peut être ce qui fait que dans un élan de désespoir – « les abysses luisants d'un déspoir heureux » ? - on prend un stylo pour écrire au Vent, “lettre perdue au gré du Vent”. Vouloir concrétiser et rendre indélébile un sacrifice dans le Vent. Comme se briser sur le mur de l'Impossible, comme dirait l'Autre. Ce même élan de désespoir qui fait murmurer tout bas - pour qu'une seule âme entende - à quatre heures du matin, la pire de toutes les heures : “Tu aurais du me tuer cette nuit-là”. L'amour c'est peut être se rendre compte de la force incroyable qui nous attache à quelqu'un que tout, absolument tout devrait nous encourager à quitter. Et ceci n'est pas lâcheté, ceci n'est pas faiblesse, ceci en est le contraire même. Ceci est une bataille, une bataille quotidienne, ou presque... Mais bataille inutile. Une dépense d'énergie dont peu de personnes peuvent réussir à mesurer l'ampleur. L'amour c'est peut être ce qui fait que lorsque l'Autre décide de partir, chuuut, « laisser le passé redevenir le passé ». Avant que l'ombre... Et peu importe les raisons. Elles ne sont jamais bonnes, ou toujours, selon le point de vue.
Et si elle a effectivement une façon de vivre l'amour essentiellement dans la douleur, comme une longue suite de défaites, et d'humiliations même, qui pourrait légitimement prétendre pouvoir s'y opposer et dire : “Ce n'est pas cela” ? Puisque la vie ne lui a pour l'instant rien offert d'autre dans ce domaine.
Pourtant elle ré-entend en elle la voix du Sage lui disant : “Un seul grain de riz peut faire la balance. Un seul homme peut faire la différence entre victoire et défaite. Il faut juste bien choisir le grain de riz.”
Voilà l'objectif trouvé, qui était là depuis le début mais qu'elle a plus ou moins inconsciemment ignoré : trouver le bon grain de riz...
Accepter la disparition ; et de tout ce qui s'est passé ces six derniers mois, retenir qu'il faut vivre, vivre, rien que vivre"
_________________
Et vous m'oubliez
Et passent les nuées
J'aimerais pour si longtemps
Vos absences et le vent
Et nous
Les membres suivants remercient Ariane-Solal pour ce message :
Maxime (23/02/12)
Revenir en haut
Klooo
Nuits Intimes

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2008
Messages: 5 096
Localisation: Lyon / Briançon.
Sexe: Indogirl
Âge: 26

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 12:33    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

J'ai du mal à répondre de manière simple et organisée. Ça vient de tous côtés et puis, pour ma part, les "petits bonshommes" que j'évoquais il y a peu dans le topic des coups de gueule sont assez virulents en la matière. Alors, quelques idées en vrac...

Pour moi, il n'y a pas de barrière entre l'amitié et l'amour. Ce qui signifie que lorsque j'apprécie vraiment beaucoup quelqu'un (un garçon, du moins - pour les filles c'est parfois différent), il y a toutes les chances que je finisse par ressentir à son égard un sentiment qui ne diffère guère de l'amour.
Après, il y a le grand Amour, celui qui peut arriver dans la continuité de cet amour-amitié que j'évoquais au dessus. Mais ça, pour moi, ça dépend beaucoup du contexte.

Pour répondre à la question de Maxime, je pense qu'il y a difficilement amour sans souffrance car 1) si l'on n'a pas la relation que l'on voudrait avec la personne aimée, ça fait forcément souffrir et 2) si l'on a la relation que l'on voudrait, on peut vivre dans la peur de la perdre, que la personne nous quitte, que l'amour diminue, etc. Je dis bien "on peut", ce qui signifie qu'il est possible de se détacher de cette peur. Mais ça demande un long travail (pour ma part, ça ne serait pas gagné).

Je pense que chaque sentiment et chaque émotion a un pendant négatif (positif s'il est négatif de base) d'ampleur égale à lui-même. L'amour étant un sentiment puissant, le revers de la médaille l'est aussi.
Mais pour moi l'idée de souffrance n'est pas la première chose qu'évoque le mot "amour". Quand j'y pense, j'ai connu largement plus de souffrance en matière d'amour que de bonheur. Mais ce que je retiens de chaque expérience, au final, ce n'est pas la souffrance, c'est le bonheur. C'est comme pour tout, les bons souvenirs ont tendance à rester plus présents que les mauvais... et heureusement.

Vaut-il mieux une vie (amoureuse*) en creux et en bosses, dans laquelle on descend très bas mais on monte très haut, ou bien une vie (amoureuse) toute plate dans laquelle on ne connaîtra pas le sommet du bonheur et où la souffrance finira par devenir lancinante ? "Tout mais pas l'indifférence", je pense.
(*Évidemment, il y a bien d'autres manières d'atteindre le sommet du bonheur que l'amour, mais je parle là uniquement de ce sujet précis)

Bref... A vrai dire, j'aime être amoureuse. Je crois que c'est un peu ma drogue. En fait, ça ne m'arrive jamais de ne pas l'être. Et pour moi, il est possible d'être amoureux de plusieurs personnes en même temps (sans entrer dans le débat de savoir si l'on peut ou non aimer de vrai amour deux personnes).



Je pense (enfin, c'est pas moi qui le pense, c'est plutôt avéré) qu'un couple équilibré, c'est un couple dans lequel les deux personnes sont équilibrées et ne cherchent pas à puiser dans l'autre l'énergie qu'elles n'ont pas, ni à étouffer l'autre par jalousie. La jalousie, c'est surtout un manque de confiance en soi.

Bon... idéalement, et d'après ce que j'ai pu voir de travaux de chercheurs en psychologie, le vrai amour ce serait aimer sans attendre quoi que ce soit en retour, mais au sens réel des termes. C'est à dire sans attendre d'amour, et sans souffrir outre mesure (trop fortement ou trop longtemps) si la personne aimée ne nous rend plus ces sentiments ou décide de nous quitter.
Je pense que ça reste un idéal atteint par peu de personnes. En tout cas, pour ma part, j'en suis loin.

Mais, dans les faits, que serait être amoureux ? A partir de quel moment peut-on dire qu'on aime réellement la personne, pour ce qu'elle est profondément ? A partir de quand peut-on prétendre la connaître suffisamment pour cela ? Finalement, je pense qu'on ne le sait jamais... Mais est-ce si important ? Peut-être que l'on est davantage ce que l'on paraît être aux yeux des personnes qui nous connaissent le mieux - et qui, donc, voient quand même au delà des premières apparences - que ce que l'on serait dans des méandres de notre esprit qu'on a nous-même du mal à atteindre.

A partir de quel moment peut-on être certain que si l'on aime une personne, ce n'est pas pour ce que cette personne est susceptible de nous apporter, ou pour ce que l'on voudrait qu'elle soit, ou pour toute autre raison "peu noble" de ce genre ?

Je n'ai pas de réponse à ça, bien sûr, mais je pense tout de même qu'il n'est pas nécessaire de se poser en permanence ces questions qui, finalement, risquent plus de tuer l'amour qu'autre chose. Peut-être que ce n'est pas parce qu'on n'aime pas de la manière parfaite qu'on n'aime pas pour de bon. Le tout serait de trouver le juste milieu entre "aimer, ça s'apprend" (histoire de ne pas tomber dans des relations destructrices - mais ça, c'est avant tout une question de confiance en soi, je pense) et "aimer, c'est instinctif" (parce que la spontanéité est quand même ce qui fait vivre l'amour !).

J'ai déjà écrit un roman, mais j'aurais pu continuer sur des questions telles que "jusqu'où faut-il aller par amour ?", ou sur des considérations personnelles ...Dans un prochain post, peut-être.

Ariane-Solal a écrit:
"Il n'y a rien à comprendre et à justifier, si c'est ce mot qui s'impose il faut juste l'accueillir. Il n'y a rien de plus vain que de dire à quelqu'un qui affirme “j'aime” que de vouloir lui montrer qu'il est dans le tort, que ce n'est pas cela. Ici il n'est pas question de raison, de raisonnement. Encore moins de tort."

Joli et très vrai.
_________________
"Apprendre à un enfant à ne pas marcher sur une chenille est aussi précieux pour l'enfant que pour la chenille." - Bradley Miller.
Les membres suivants remercient Klooo pour ce message :
Maxime (23/02/12)
Revenir en haut
x-p0mme-pote
Le Baiser

Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2007
Messages: 1 209
Sexe: Indogirl
Âge: 18

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 13:37    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Ariane-Solal a écrit:
Voilà un mot tellement malmené, qui trace son chemin en silence, survient sans qu'on le lui demande, et qui ne peut s'effacer une fois qu'il a été prononcé.


Je crois que tout est dit. A partir du moment ou on commence à penser à l'amour, on ne peut plus s'en détacher.

Bon, c'est au moins la cinquième réponse que je rédige à ce sujet. A chaque fois j'efface.
Tout vient en vrac, alors.. Désolé si cette réponse n'est pas construite (ni constructive, d'ailleurs).
Pour moi, tout ça, c'est des questions. Trop, peut être. Je veux dire, quand je commence à ressentir quelque chose de fort pour quelqu'un, il y a ce genre de tsunami dévastateur dans ma tête.
Je ne comprends pas ce sentiment.
Je parlerai peu de mes expériences amoureuses, elles sont trop douloureuses pour moi. Et je crois qu'aujourd'hui, elles me rendent totalement fermée à ce genre de choses. Je n'accepte plus que les gens disent qu'ils m'aiment ou qu'ils m'ont aimé (Bon, ça, il parait que c'est un problème de confiance en moi, mais je n'en suis pas convaincue).
Des fois, j'ai l'impression d'avoir aimé trop fort certaines personnes, d'avoir épuisé tout mon stock d'amour disponible, sans en garder pour les autres. En fait, je ne veux plus tomber amoureuse, ça fait trop mal. Et puis tout recommence.
Honnêtement, quand on me parle d'amour, il y a tout un tas de mauvais souvenirs qui refont surface. Je veux parler de nuits entières à pleurer, de semaines à être malade sans autre raison apparente, de mains qui tremblent quand le téléphone sonne, je veux parler de cette sensation de coeur qui se déchire en un milliard de petits morceaux. L'impression que tout peut s'effondrer d'un jour à l'autre. (Et je ne parle pas de quand ce jour arrive, et qu'on se retrouve au milieux d'un champ de ruines).
Bon, bref, vous l'aurez compris, la première chose qui me vient à l'esprit quand on me parle d'amour, c'est de la souffrance.

Pourtant, on en redemande. Je veux dire, l'amour, c'est comme une drogue.
L'amour rend idiot.
Je citerai Beigbeder, qui, selon moi, est une des personnes qui parle le mieux de l'amour :
"L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même ; courir à sa perte, le sourire aux lèvres ; attendre avec curiosité le moment où cela va foirer. L'amour est la seule déception programmée, le seul malheur prévisible dont on redemande."

Voila, c'est ça l'amour. On sait qu'on va souffrir, que ça va nous rendre malheureux, qu'il faudra se reconstruire entièrement, mais on sait aussi qu'avant tout ça, on sera extrêmement heureux. Alors prend le risque. On accepte les deux côtés de la chose.

Et puis, au fond, l'amour, c'est peut être aussi quelque chose d'égoïste ? Est-ce qu'on n'aime pas quelqu'un simplement pour le regard qu'il porte sur nous ? Simplement parce que cette personne nous rend plus fort ? Je sais que l'amour c'est du partage, tout ça, mais.. Je ne sais pas.

Après avoir longtemps réfléchit à ce sujet, je pense pouvoir avouer que l'amour me fait peur. C'est trop de questions, de suppositions, de parties sombres. C'est des émotions beaucoup trop fortes pour moi.

Bon, et puis pour terminer, une petit citation (oui, encore!) de Skins.
"Tu sais ce qu'il y a de plus douloureux dans le chagrin d'amour ? C'est d'pas pouvoir se rappeler de ce qu'on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s'en aller... Tu la pers à jamais."
Les membres suivants remercient x-p0mme-pote pour ce message :
Maxime (23/02/12), (23/02/12)
Revenir en haut
jolly jumper
Wax

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2008
Messages: 2 696
Localisation: loire_ Rhône alpes
Sexe: Indogirl
Indosong: Electrastar
Âge: 27

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 19:33    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Oui... sans développer trop, je ne saurais égaler la longueur de vos posts Mr. Green ...

Je pense que tout ce que vous évoquez doit être vrai... pour ma part je ne l'ai jamais vécu. La passion amoureuse réciproque je veux dire. C'est vrai que c'est une passion, comme une autre, et que l'on peut donc parler d'addiction à l'amour.
Je pense aussi qu'elle ne dure pas éternellement, et que même elle est assez furtive finalement dans une relation.
L'amour passionnel, physique, est remplacé ensuite dans une relation par un amour qui pour moi, se fonde surtout sur les moments partagés ensemble, la complicité et des caractères qui se répondent.

Je crois pouvoir dire que je suis tombée amoureuse qu'une fois. Une fois, et de quelqu'un de non disponible, donc inaccessible. Et cela dure toujours, puisque je ne lui ai jamais dit et qu'au final, ce n'est que l'objet de mes fantasmes et mes projections. Un amour platonique un peu. ça m'a fait assez mal d'essayer de passer à autre chose, et j'y travaille toujours, même si c'est dur. Il se trouve que pour l'instant personne n'est en ligne pour le remplacer dans ma tête ^^.... (je ne développerais le problème de confiance en moi qui fait que ceci explique sans doute cela...)

En tout cas, c'est un vaaaste sujet. Quand l'Amour avec un grand A se présentera je vous ferais signe Laughing

(bon, sinon il y a l'amour pour mon chat.... )
_________________
----En rêvant je pleure, en rêvant je souris, à la vie à la mort, puis je m'endors----
Les membres suivants remercient jolly jumper pour ce message :
(23/02/12)
Revenir en haut
Ju_ne19
Le Péril Jaune

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 334
Localisation: Cergy
Sexe: Indogirl
Indosong: Mexicane Syndicate
Âge: 23

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012 - 21:47    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Alors, je m'incruste un peu, désolée ^^"

Moi je suis amoureuse, depuis bientôt 3 ans. Je ne parle pas de l'amour qui vous fait des papillons dans le ventre dès que vous voyez l'élu(e), de la bêtise soudaine qui vous envahit à chaque fois qu'il/elle se situe à moins de deux mètres, et toutes ces réactions immatures mais spontanée qui caractérisent un amour naissant.
J'ai été comme ça, hélas. En y repensant je trouve ça ridicule mais bon. Vous savez, cette impression que tout s'éclipse quand il/elle arrive. Au final, plus rien ne compte. Il ne reste plus qu'une seule obsession : se faire remarquer par lui/elle. Et les rares fois où vous lui parlez, c'est un moment en dehors du temps. J'en parle maintenant beaucoup moins bien que tout ce que j'ai pu faire auparavant. Mais même si ce sentiment conduit à pas mal de regrets par la suite ("comment ai-je pu me comporter en adolescente hystérique devant lui???" ) il vaut vraiment la peine d'être vécu.

Je parlerai maintenant de ce que je connais maintenant mieux, l'amour "routinier". Encore que cet adjectif est très mal choisi, puisque la routine à cette connotation péjorative. Enfin moi j'aime bien. L'Homme et moi, on est quasiment un vieux couple maintenant. Il me supporte au quotidien, et vice versa. On ne passe pas des journées entières au téléphone, on ne se bombarde pas de textos pour connaître notre activité du moment. Quand on est ensemble dans le métro par exemple, on reste assis l'un à côté de l'autre sans se rouler de grosses pelles devant tout le monde (moi ça me répugne ça franchement. Y a deux couples comme ça dans mon groupe de TD, j'ai envie de leur foutre mon trieur dans la gueule à la moindre occasion). En fait, je dirai qu'on est deux très bons amis, en plus intime.
C'est ça pour moi la clé. Pouvoir être complètement soi-même avec celui/celle qu'on aime. Et ça me rend heureuse, vraiment. Smile
_________________
Sois heureuse, ma bébé...
Les membres suivants remercient Ju_ne19 pour ce message :
Unita (24/02/12)
Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 12:45    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Dans l'ensemble, je vous trouve très noirs, dans vos posts, lorsque vous parlez d'amour.

En théorie, pour ne pas souffrir sentimentalement parlant (quelle que soit la relation, d'ailleurs, en amitié ou en amour), on devrait n'avoir aucune attente de l'autre et on devrait également être avec la personne pour son bonheur et non pour le nôtre. En pratique, c'est bien moins aisé.

Néanmoins, je pense que sans avoir été amoureux, on n'a pas vraiment vécu. Donner sans rien attendre, avoir des papillons dans le ventre quand l'autre est là, les moments que vous passez ensemble qui sont hors du temps... c'est de la pureté et de la beauté que rien ne pourra vous enlever. J'y pense souvent, ayant été séparée de mon conjoint par la mort. Le fait d'avoir aimé, d'avoir partagé, d'avoir connu une personne extraordinaire, d'avoir vécu une expérience hors du commun, c'est une richesse inouïe, peu importe le point final de l'histoire. Ca vous marque pour la vie. Et de toute expérience, on mûrit et apprend.
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Les membres suivants remercient Unita pour ce message :
(24/02/12)
Revenir en haut
Maxime
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 5 450
Localisation: Dijon
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 25

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 16:24    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Me concernant, j'ai rapport à l'amour qui est douloureux du fait que je ne l'ai jamais  vraiment connu. Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu avoir une relation amoureuse mais cela ne m'est jamais arrivé. Cela m'a frustré pendant mon enfance, frustré pendant mon adolescence, et continu de me frustrer aujourd'hui, bien qu'il y a eu au fil du temps une mutation de la frustration.  Je n'ai jamais pu avouer mes sentiments à qui que ce soit.  Le simple fait de regarder simplement la personne que j'aimais m'angoissait terriblement, alors j'aime autant dire que j'étais bien incapable de l'approcher ou   de lui parler. Dès lors que par un concours de circonstance, la distance entre moi et la personne que j'aimais se réduisait, j'avais comme des pensées automatiques qui se déclenchaient "je veux partir! je veux partir! danger! danger! fuis! part loin, le plus loin possible d'elle!", je crois que j'ai toujours été déchiré entre le désir de me faire aimer et la peur de me faire détester, ce qui m'a finalement  confiné dans la solitude. Pour répondre à  des besoins affectifs, je me suis créé un monde imaginaire que j'ai nourris de fantasmes (amoureux donc, notamment) , j'ai donc connu une sorte d'amour qui en était ma vision, à travers des représentations oniriques que je m'inventais.
Comme ce monde me semblait grandiose, intensément mélancolique et magnifique, je l'ai préféré à la réalité, et jusqu'à mes 17 ans, j'ai passé bien plus de temps dans ce monde imaginaire que dans le monde dit réel. (le "dit réel" exprimant donc mon relativisme quant à ce qui doit être considéré comme réel).
En parallèle, j'étais complètement dégoûté par les représentations de l'amour que j'avais autour de moi, que ce soit chez les couples de longue durée (leur "amour" qu'ils appelaient encore ainsi me semblait avoir complètement pourrit avec le temps passant, il me semblait être un prétexte pour les intérêts pragmatique que leur union apportait) ou chez les gens de mon âge, de ma classe de lycée  dirons-nous plus justement,  qui je trouve, en avaient une vision hideuse, grossière, primitive. C'est donc notamment au travers, et de ma vision, et de ma représentation/conception de l'amour, que je me suis résolu à  détester la réalité.
Aujourd'hui je ne m'y rend plus dans ce monde imaginaire, je ne le peux plus, tout simplement parce que mon esprit s'est cassé la gueule il y a presque 2 ans maintenant.

Aujourd'hui je crois que l'amour m'est encore inaccessible, qu'il l'est encore plus qu'avant,  pour diverses raisons cette fois:
-Je ne sais absolument pas(plus)  qui je suis, je n'ai pas(plus) l'impression d'avoir une personnalité, je ne peux donc pas savoir qui je suis censé aimer
-Cela fait à peu près 2 ans que je n'ai eu aucun fantasmes amoureux(être amoureux c'est super, mais si au moins je pouvais avoir des fantasmes amoureux ça serait déjà bien. En fait j'aimerais vraiment ressentir au moins le fait d'être amoureux)
-J'ai globalement  aujourd'hui encore, cette méfiance profondément ancré à l'égard des gens qui me fait dire que si je ne suis pas sur mes gardes, si je suis moi-même et insouciant en leur présence, ils ne manqueront pas une occasion de se moquer de moi, de me tourner en ridicule. Dès lors, je crois que j'aurais du mal à gérer une relation amoureuse(je suis déjà incapable de gérer une vraie relation amicale alors bon), puisque si je partageais ma vie avec une personne et qu'elle se montrait narquoise envers moi, je ressentirais la nécessité de là tuer en compensation à ce mépris.

J'ai vraiment envie d'être amoureux ne serait-ce qu'à titre d'expérience, et également par curiosité de ce que peut être la souffrance de la séparation. Je veux vivre ça. Je préfère à ce niveau là vivre une souffrance pleine qu'une souffrance vide. Et même pourquoi pas - mais bon là je demande la lune- vivre une véritable joie amoureuse pendant un temps conséquent.
_________________
La pratique est une bonne école pour la théorie, et la théorie est une bonne école pour la pratique.
Revenir en haut
Klooo
Nuits Intimes

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2008
Messages: 5 096
Localisation: Lyon / Briançon.
Sexe: Indogirl
Âge: 26

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 17:30    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Maxime a écrit:
Le simple fait de regarder simplement la personne que j'aimais m'angoissait terriblement, alors j'aime autant dire que j'étais bien incapable de l'approcher ou de lui parler.
[...]
Pour répondre à des besoins affectifs, je me suis créé un monde imaginaire que j'ai nourris de fantasmes (amoureux donc, notamment) , j'ai donc connu une sorte d'amour qui en était ma vision, à travers des représentations oniriques que je m'inventais.
Comme ce monde me semblait grandiose, intensément mélancolique et magnifique, je l'ai préféré à la réalité, et jusqu'à mes 17 ans, j'ai passé bien plus de temps dans ce monde imaginaire que dans le monde dit réel.

T'es pas le seul, j'aurais pu écrire exactement la même chose, au mot près...

Avant mes 18 ans, je n'ai jamais avoué mon amour à qui que ce soit ni même songé à le faire. C'était impensable. J'étais hyper timide, ça allait de paire. Au lycée, j'ai été amoureuse pendant trois ans d'un garçon de ma classe à qui je n'ai pour ainsi dire jamais adressé la parole.

Ensuite, ça a commencé à changer, je ne sais trop comment. J'ai commencé à essayer de me rapprocher des personnes dont j'étais amoureuse, plutôt que de les fuir. Et à essayer de leur faire comprendre, par mon attitude, ce que je ressentais. Voire même à le leur dire clairement, même si ça, ça me reste encore quasi impossible, sauf exception. Mais peu importe, le faire comprendre peut suffire.
Une chose de sûre, c'est que je ne l'ai jamais regretté. Même quand c'est pas réciproque, au final ça vaut le coup que la personne le sache, je trouve. Il peut quand même en ressortir de très bonnes choses. Toujours plus que ce que l'on pense juste avant. Pas uniquement des bonnes choses, mais c'est pas grave, ça vaut la peine malgré tout.

J'ai connu l'amour réciproque une seule fois, pour l'instant, et c'est tout récent. Une relation assez idyllique mais qui n'a pas duré longtemps, hélas, puisqu'il m'a quittée le jour où je m'y attendais le moins, en me disant qu'il avait besoin d'être seul, que je ne pouvais rien pour l'aider,... Je le vois tous les jours et c'est encore bien douloureux. Enfin bon, OSEF, je vais pas raconter ma vie. Je verrai bien comment tout ça évolue.
Quoi qu'il en soit... je pense qu'il vaudrait la peine de vivre cent ans juste pour ces quelques moments de bonheur sans limites.


Maxime, il faut parfois du temps, mais des choses qu'on aurait crues impossibles finissent souvent par arriver, ou on finit par parvenir à les faire arriver... Enfin, je sais que ce que j'écris-là peut paraître facile à dire ou des paroles en l'air, mais en tout cas je te souhaite que ça aille mieux de ce point de vue-là, tu le mérites !
_________________
"Apprendre à un enfant à ne pas marcher sur une chenille est aussi précieux pour l'enfant que pour la chenille." - Bradley Miller.
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 17:48    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Maxime a écrit:
Dès lors, je crois que j'aurais du mal à gérer une relation amoureuse(je suis déjà incapable de gérer une vraie relation amicale alors bon), puisque si je partageais ma vie avec une personne et qu'elle se montrait narquoise envers moi, je ressentirais la nécessité de là tuer en compensation à ce mépris.


Shocked
Nécessité ? Tu ne voulais pas plutôt dire "envie" ? (ce qui pour moi reste de toute façon choquant)


Mais à mon tour de donner mon opinion sur... cette chose.

Car je ne vois pas comment définir l'Amour. C'est plus qu'un simple sentiment, qu'une simple passion. Ca définit toute une vie entière.
Le bonheur comme la douleur. Le bien-être comme le mal-être. L'avenir comme le passé... L'Amour est à la vie ce que le soleil est à la Terre.
Pour moi, donc.


J'aime la gent féminine, pour plusieurs raisons, mais je ne tombe pas facilement amoureux. Pour tout dire, ce que je pense être le vrai Amour, je ne l'ai ressenti que pour 2 personnes.
La première, que j'Aimais (mais sans réelles envies sexuelles donc en fait je sais pas si c'en était réellement), j'ai fini par lui avouer, et ça a été une catastrophe. Elle a préféré s'éloigner de moi à la suite de cet aveu.
La deuxième, que j'Aime toujours, je lui ai également avoué, avec la quasi-certitude que ça se passerait pareil. Mais au contraire de cela, même si cela a pu compliquer notre relation, elle l'a très bien accepté, et on est resté proche.

Au début, je n'aimais pas spécialement l'Amour. Je n'ai jamais été Aimé, je ne sais donc pas ce que ça fait. Mais j'ai appris, et on m'a appris, à l'aimer. Pour ce qu'il peut représenter et engendrer.
Bien sûr, cela peut engendrer du mauvais. Mais comme tout je pense. Rien n'est parfait.

Cela dit, le manque d'Amour est une cruelle souffrance que je ressens depuis toujours. Je ne crois plus le connaître un jour, mais malgré tout je suis content d'Aimer. Même au point brûlant, comme actuellement. Parce que c'est certainement ce qu'il y a de plus beau comme sensation.
Même si, encore une fois, le non-retour d'Amour est une des plus grandes souffrances.


"Les deux seules choses les plus dures que de pleurer un être cher sont de n'avoir personne à pleurer ; et de n'avoir personne pour vous pleurer."
Ce n'est pas forcément vrai, mais je trouve ça joli. ^^
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Maxime
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 5 450
Localisation: Dijon
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 25

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 18:47    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Klooo a écrit:

Maxime a écrit:
Le simple fait de regarder simplement la personne que j'aimais m'angoissait terriblement, alors j'aime autant dire que j'étais bien incapable de l'approcher ou de lui parler.
[...]
Pour répondre à des besoins affectifs, je me suis créé un monde imaginaire que j'ai nourris de fantasmes (amoureux donc, notamment) , j'ai donc connu une sorte d'amour qui en était ma vision, à travers des représentations oniriques que je m'inventais.
Comme ce monde me semblait grandiose, intensément mélancolique et magnifique, je l'ai préféré à la réalité, et jusqu'à mes 17 ans, j'ai passé bien plus de temps dans ce monde imaginaire que dans le monde dit réel.


T'es pas le seul, j'aurais pu écrire exactement la même chose, au mot près...



Je suis content de savoir que je suis pas le seul alors, je me sens... moins seul justement.

Klooo a écrit:
Maxime, il faut parfois du temps, mais des choses qu'on aurait crues impossibles finissent souvent par arriver, ou on finit par parvenir à les faire arriver... Enfin, je sais que ce que j'écris-là peut paraître facile à dire ou des paroles en l'air, mais en tout cas je te souhaite que ça aille mieux de ce point de vue-là, tu le mérites !

C'est la deuxième fois aujourd'hui que je lis que je le "mérite", ça me fait plaisir!

le croc blanc de konoha a écrit:
Maxime a écrit:
Dès lors, je crois que j'aurais du mal à gérer une relation amoureuse(je suis déjà incapable de gérer une vraie relation amicale alors bon), puisque si je partageais ma vie avec une personne et qu'elle se montrait narquoise envers moi, je ressentirais la nécessité de là tuer en compensation à ce mépris.



Shocked
Nécessité ? Tu ne voulais pas plutôt dire "envie" ? (ce qui pour moi reste de toute façon choquant)



Et bien c'est à dire que oui, ce serait  une envie à la base. Mais je ressentirais l'assouvissement de cette envie comme une nécessité.   Bien sûr que ce serait une envie, mais la façon dont je le ressentirais à titre personnel, à titre introspectif se rapprocherait de la nécessité, donc je préfère le dire comme ça. Razz





_________________
La pratique est une bonne école pour la théorie, et la théorie est une bonne école pour la pratique.
Revenir en haut
Ju_ne19
Le Péril Jaune

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 334
Localisation: Cergy
Sexe: Indogirl
Indosong: Mexicane Syndicate
Âge: 23

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 22:22    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Je rejoins Unita, c'est vrai que vous prenez tous un recul fou, et que ce qui en ressort, c'est une sorte de "désabusement"...

Ce qui m'interpelle, Maxime, dans tout ce que tu dis, c'est cette absence totale de place que tu laisses à la spontanéité... C'est volontaire..?
En fait j'ai du mal à concevoir qu'on puisse tout "penser". Parfois, moi j'ai besoin de "laisser couler". Je ne pense à rien et je prends les choses comme elles viennent. C'est ça aussi la jeunesse, non ? Je pense que toutes nos expériences nous sont bénéfiques, et qu'elles ont besoin de cette dose de "folie" et d'imprévu...
_________________
Sois heureuse, ma bébé...
Les membres suivants remercient Ju_ne19 pour ce message :
le croc blanc de konoha (24/02/12), Unita (25/02/12)
Revenir en haut
Maxime
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 5 450
Localisation: Dijon
Sexe: Indoboy
Indosong: Marilyn
Âge: 25

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2012 - 22:59    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Ju_ne19 a écrit:
Ce qui m'interpelle, Maxime, dans tout ce que tu dis, c'est cette absence totale de place que tu laisses à la spontanéité... C'est volontaire..?


Ah non pas du tout. Shocked   J'avoue ne pas comprendre en quoi je n'ai pas laissé place à la spontanéité.  Enfin, j'ai réfléchis de la même manière que d'habitude quoi....
Il faudrait écrire un guide de la spontaneité avec des consignes à suivre à la lettre.

Ju_ne19 a écrit:
En fait j'ai du mal à concevoir qu'on puisse tout "penser". Parfois, moi j'ai besoin de "laisser couler". Je ne pense à rien et je prends les choses comme elles viennent. C'est ça aussi la jeunesse, non ? Je pense que toutes nos expériences nous sont bénéfiques, et qu'elles ont besoin de cette dose de "folie" et d'imprévu...


Ah oui c'est possible. Mais à vrai dire je n'avais jamais tellement réfléchi au fait que la jeunesse était ceci ou cela, donc je n'en avais pas cette conception. Mr. Green  (haha, là tu pourras remarquer que c'était volontaire Laughing ).
Mais je n'ai pas vraiment l'impression de tout penser, je crois que je vis plutôt au jour le jour en fait.
Mais c'est vrai quand même que penser est une activité appréciable,(il y a mille choses moins intéressantes à faire), et je ne vais quand même pas m'en priver juste sous le prétexte que je suis jeune. Mr. Green

Quant à cette "dose de "folie" et d'imprévu" je ne demande pas mieux que de les vivre, simplement je ne sais pas où les trouver.
_________________
La pratique est une bonne école pour la théorie, et la théorie est une bonne école pour la pratique.
Revenir en haut
Delilah
Wax

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2008
Messages: 2 569
Localisation: Paris
Sexe: Indogirl
Indosong: Memoria
Âge: 22

MessagePosté le: Sam 25 Fév 2012 - 14:27    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Vos témoignages sont très intéressants à lire. Je vais me concentrer un peu sur le sujet (et pourtant, j'en ai des choses à dire) et je "m'exprimerai" sous peu. Très bonne idée de topic en tout cas.
_________________
« Nous n’étions que des monstres au fond, et qu’importe la beauté de notre âme,
On ne peut rien faire contre la nature profonde des choses. »
Les membres suivants remercient Delilah pour ce message :
jolly jumper (28/02/12)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Sam 19 Mai 2012 - 23:08    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Pour vous, que signifie "être amoureux"?
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
x-p0mme-pote
Le Baiser

Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2007
Messages: 1 209
Sexe: Indogirl
Âge: 18

MessagePosté le: Dim 20 Mai 2012 - 11:52    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Ben disons que t'as des putains de trucs bizarres qui se passent dans ton ventre. Pas désagréable, mais vraiment bizarre.
Et puis quand tu sais que tu vas le (ou la, hein) voir, tu prends soin de toi. Enfin, tu mets des vêtements qui vont lui plaire, tu te coiffes comme il aime, ce genre de conneries.
Et puis c'est bizarre, parce que pendant que tu fais tout ça, t'as les mains qui tremblent et tu stresses à mort, t'as l'impression que tu vas passer l'examen de ma vie, alors que non.
Et puis t'arrives pas à dormir si t'as pas de nouvelles de lui.
Et puis tu penses à lui disons.. 24h sur 24, 7 jours sur 7.
Et puis quand tu fais des blagues, tu te demandes si elles lui plairaient.
Quand tu penses à quelques chose, tu aimerais savoir ce que lui il en dirait.
De toute façons, son opinion est toujours meilleure que celle des autres.
T'as envies de faire tout un tas de trucs que tu ferais jamais d'habitude. Mais seulement avec lui.
Tu souris quand tu penses à lui.
Tu parles de lui, ou tu en as très très envie.
Quand quelqu'un parle d'amour ou de sentiments amoureux, tu penses à lui.
Si tu entends son prénom par hasard au fil d'une discussion, tu te retournes.
T'as envie de le prendre dans tes bras / l'embrasser / lui faire l'amour / lui prendre la main.
Tu veux lui raconter des trucs que tu racontes à personne normalement.
Tu veux être avec lui tout le temps.
Quand tu fais quelque chose, tu te demandes si ça lui plairait. (Exemple con : quand tu fais à manger, tu te demandes si il aimerait ton plat).
Tu relis vos conversations.
Tu penses à lui en te couchant.
Tu penses à lui en te levant.
Tu rêves de lui.
Le temps passe vite quand tu es avec lui, alors que sinon, pas trop.
Tu vois pleins de trucs qui te font penser à lui, partout.
Tu as bizarrement une vision très optimiste des choses, tu prends tout bien.
Il peut influer très facilement sur ton humeur.
Les chansons / films d'amour parlent toutes et tous de lui / de votre histoire.


Merde, je suis un clichée à moi toute seule.
Les membres suivants remercient x-p0mme-pote pour ce message :
Unita (20/05/12), Maxime (20/05/12), Klooo (20/05/12), Ju_ne19 (20/05/12), linette (20/05/12), Comateuze (21/05/12)
Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Dim 20 Mai 2012 - 13:37    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Merci pour cette jolie réponse pleine de sensibilité.
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Les membres suivants remercient Unita pour ce message :
x-p0mme-pote (20/05/12)
Revenir en haut
linette
Le Baiser

Hors ligne

Inscrit le: 19 Aoû 2007
Messages: 1 313
Localisation: Montreux, Suisse
Sexe: Indogirl
Indosong: morphine
Âge: 34

MessagePosté le: Dim 20 Mai 2012 - 18:32    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Après 9ans de vie commune, je dirais que:
Lorsqu'il s'absente, même une journée, je tourne en rond...
Pas de réponse à un sms, je regarde le portable toutes les 10secondes...
Ses défauts se transforment en qualités...
Malgré des chamailles, des hauts et des bas ou des passages à vide, on finit toujours par en rire...
Faire les repas qu'il aime...
Rire de choses qu'il dit alors que d'autre ne comprendraient pas...
Etre touchée par un message ou des mots particuliers...
Etre bien, même si on ne fait rien...
Les membres suivants remercient linette pour ce message :
ChLo (20/05/12), Ju_ne19 (21/05/12), Unita (21/05/12), Pinkwater14 (26/05/12)
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Dim 3 Juin 2012 - 18:52    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Pour certaines personnes, l'amour arrive et s'installe confortablement dans la vie. Pour d'autres, qu'ils lui court après ou non, il arrive mais fait beaucoup de dégâts.


Un peu comme si on cherchait à l'atteindre par une montagne à escalader, mais dont le point d'atteinte ne cesserait de monter au dessus des nuages. Et dont l'ascension serait parsemée d'embûches.
Pour ma part, au jour d'aujourd'hui, je n'ai plus envie de l'escalader. J'ai trop cherché, et n'ayant jamais embrassé de près l'Amour, c'est avec moins de difficultés que la plupart des gens, et sans véritable regret que j'abandonne cette recherche. Y'a d'autres montagnes à gravir dans la vie pour être heureux. Je pense.
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Les membres suivants remercient le croc blanc de konoha pour ce message :
Indobounne (03/06/12)
Revenir en haut
ChLo
Alice & June

Hors ligne

Inscrit le: 06 Fév 2007
Messages: 7 556
Localisation: Genève
Sexe: Indogirl
Indosong: Le grand soir
Âge: 26

MessagePosté le: Dim 3 Juin 2012 - 19:37    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

De toute manière, selon moi l'amour n'est pas quelque chose que l'on peut chercher... ça vient ou non, mais je ne pense pas qu'on puisse le "provoquer". C'est pour ça que je ne cours pas particulièrement après. On entend souvent dire qu'il arrive au moment où on s'y attend le moins et même si c'est souvent énervant à entendre, je trouve que c'est assez vrai... (ça ne rend pas toujours service d'ailleurs xD)


_________________
« Want you so bad I can taste it
But you're nowhere to be found
I'll take a drug to replace it
Or put me in the ground »

Placebo
Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 247
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Lun 4 Juin 2012 - 10:24    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

x-p0mme-pote, tu as vu le nombre de personnes qui ont apprécié ton post, alors que tu imaginais être ridicule? Okay

Je vous remercie pour vos réponses, elles m'ont aidée dans une période où j'avais vraiment besoin de comprendre ce que signifiait pour vous ce sentiment. Car les "je t'aime" sont souvent lancés si facilement, comme s'ils avaient perdu de leur intensité et de leur profondeur.

Je ne cherche pas l'amour, je ne lui cours pas après. J'ai au contraire plutôt tendance à fuir les relations humaines en général, surtout lorsqu'elles se font trop intenses. Mais l'être humain n'étant pas fait pour vivre seul, il m'a été clairement conseillé de ne pas rêver d'une île déserte car elle ne serait qu'un leurre.

L'amour vous prend lorsque vous vous y attendez le moins et c'est vrai. L'Amour, en revanche, je ne l'ai connu qu'une fois. Je fais partie de ces gens qui pensent qu'une seule personne nous est destinée. La Personne. L'Âme qui se joindra à la vôtre. Cette Moitié de moi est morte. Alors on apprend à s'ouvrir au reste du monde. A se contenter d'amour et à oublier l'Amour. Oublier l'Osmose.
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]


Dernière édition par Unita le Lun 4 Juin 2012 - 14:05; édité 1 fois
Revenir en haut
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 4 Juin 2012 - 13:42    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

@ ChLo : Oui, c'est clair que ça ne se décide pas, surtout d'être amoureux. Mais j'entendais par là que je n'ai plus envie de courir après. Si je devais considérer l'Amour comme une personne, je la verrais comme quelqu'un qui m'a toujours tourné le dos malgré mes efforts pour me faire valoir auprès d'elle. Donc maintenant, je lui tourne le dos également. Ce qui ne veut pas dire que je n'y penserais pas.



Unita a écrit:
Mais l'être humain n'étant pas fait pour vivre seul

Je commence sérieusement à me demander si ce n'est pas une illusion que l'on cherche à nous faire croire à tout prix, cette idée.

Mais cela dit, je pense qu'effectivement certaines personnes ne peuvent pas être seules. Et d'autres si, avec effort ou non.
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
Delilah
Wax

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2008
Messages: 2 569
Localisation: Paris
Sexe: Indogirl
Indosong: Memoria
Âge: 22

MessagePosté le: Lun 4 Juin 2012 - 15:19    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

D'un point de vue tout à fait sociologique et scientifique, non ce n'est pas une illusion, l'homme est un être de nature sociale et a toujours besoin d'une communauté pour se réaliser (sauf si ta seule ambition, c'est de vivre dans une hutte au fin fond des bois). Rares sont les personnes qui arrivent à vivre profondément seules.
_________________
« Nous n’étions que des monstres au fond, et qu’importe la beauté de notre âme,
On ne peut rien faire contre la nature profonde des choses. »
Les membres suivants remercient Delilah pour ce message :
Unita (04/06/12)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
le croc blanc de konoha
A&J Tour

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2008
Messages: 9 778
Âge: 24

MessagePosté le: Lun 4 Juin 2012 - 16:25    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Par le terme "seul" je parlais donc de l'Amour. Vivre en communauté est un autre thème. Y'a quand même pas mal de personnes qui vivent sans. Avec plus ou moins de mal, certes, mais sans quand même.
_________________


Un problème, une question ? N'hésitez pas à consulter la FAQ ou à envoyer un MP.

Revenir en haut
x-p0mme-pote
Le Baiser

Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2007
Messages: 1 209
Sexe: Indogirl
Âge: 18

MessagePosté le: Mar 5 Juin 2012 - 21:40    Sujet du message: L'amour Répondre en citant

Unita a écrit:
x-p0mme-pote, tu as vu le nombre de personnes qui ont apprécié ton post, alors que tu imaginais être ridicule? Okay


Peut être que nous sommes tous ridicules ? Smile
Les gens amoureux sont ridicules, c'est mon point de vue.
-Et après relecture de mon post, je m'excuse pour les fautes d'orthographe-


Pour ce qui est de vivre sans amour, je ne pense pas que ce soit possible, franchement. Après, oui, certaines personnes disent très bien supporter le fait de ne pas être en couple, de ne pas être amoureux, mais... Il y a forcément un moment ou on se sent seul. Un moment ou la solitude l'emporte sur le "Je m'en fous j'ai pas besoin de quelqu'un d'autre, je suis très bien tout seul". Bien sûr, c'est plus ou moins prononcé en fonction des personnes. Mais je ne pense pas que quelqu'un puisse se passer d'amour. Aussi bien d'aimer que d'être aimé.
Parce que si l'amour peut détruire, dévaster totalement une personne, il ne faut pas oublier qu'il permet de "recharger les batteries", de temps en temps.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:43    Sujet du message: L'amour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indotalk Index du Forum -> Vous et le reste du monde -> La Taverne Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  
www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com