Indotalk Index du Forum

Indotalk
Le forum sur Indochine

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Pour information 


Viens annoncer ta présence aux concerts, pour revoir les anciens et faire la rencontre de membres du forum: c'est par ici que ça se passe.
Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indotalk Index du Forum -> Vous et le reste du monde -> Art
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 250
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Ven 1 Nov 2013 - 17:43    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Après y avoir réfléchi quelques temps, je me suis décidée à créer un sujet pour ces deux thèmes. Je trouverais en effet dommage que les nombreuses opinions qui ont été énoncées soient noyées dans la masse, d'ici quelques semaines voire quelques mois. D'autres films sortiront en salle et ce serait bien qu'une trace demeure car je pense que c'est un film et un livre qui méritent que l'on parle d'eux, la palme d'or à Cannes et l'engouement voire le scandale que tout cela a suscité.

La bande-annonce du film



Le blog de l'auteur de la bande dessinée
http://www.juliemaroh.com/
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 250
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Ven 1 Nov 2013 - 17:49    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle Répondre en citant

Les diverses opinions
Klooo a écrit:
Je suis allée voir La vie d'Adèle hier soir. Je n'avais pas remarqué avant qu'il durait trois heures, d'ailleurs !

J'étais fatiguée mais je n'ai pas eu envie de dormir, ce qui est déjà un bon point pour le film. Mr. Green C'est long, il y a quelques longueurs, surtout au début, les scènes durent plusieurs minutes chacune, presque tout est filmé en gros plan. Des instants tout à fait banaux sont filmés pendant de longues minutes - Adèle qui mange des spaghettis, Adèle qui dort, etc : pour ceux que ça rebute d'emblée, le film est sans doute à éviter. Sauf si le scénario vous emballe !

Personnellement ça ne me rebute pas (même si les traces de sauce tomate ou celles de morve au coin des lèvres en gros plan ne sont pas particulièrement ma tasse de thé), et j'ai donc apprécié le film jusqu'au bout.

Il raconte une belle histoire d'amour. J'ai lu la bande dessinée (enfin, le "roman graphique") dont il est une adaptation : dans le film, le fait qu'il s'agisse d'une relation homosexuelle est un peu moins central que dans la BD, hormis pendant les quelques minutes où l'on voit l'homophobie des copains de lycée d'Adèle. J'aime bien l'angle d'approche du film.

La plus grande différence entre le film et le livre est la fin : dans la BD, Adèle meurt alors que sa compagne Emma l'aime encore et l'aimera toujours. Dans le film, Adèle ne meurt pas mais Emma l'a quittée définitivement, lui a dit qu'elle ne l'aimait plus et est en couple avec une autre.

Je dis "définitivement", mais la fin est ouverte...

La fin est vraiment dure. L'amour qui s'éteint à petit feu, la rupture brutale, les retrouvailles difficiles et ce "Non, je ne t'aime plus" qui donne envie de se tasser dans son fauteuil, le long désespoir d'Adèle qui essaie malgré tout de faire bonne figure lorsqu'elle revoit Emma... je pense que ce film a ça de fort qu'on peut tous plus ou moins se retrouver dans ce personnage.

Voilà pour la dernière demi-heure ou heure du film qui n'a vraiment rien de drôle, et pour laquelle on peut avoir envie de dire qu'on s'en serait bien passé... même si le film aurait été bien plus banal avec un happy ending !


Mais passons à des choses plus amusantes : pendant les deux premières heures, les gens ont beaucoup ri dans la salle et il y avait de quoi ! Plein de dialogues ou de petits passages sont vraiment drôles. Malheureusement, je n'arrive pas à me les rappeler excepté un passage dont un extrait était disponible depuis des mois et où Adèle compare Sartre à Bob Marley...

Les actrices ne correspondent pas aux personnages de la BD, surtout Adèle (qui s'appelle d'ailleurs Clémentine dans la BD). J'ai vu dans les critiques que les gens sont emballés par l'actrice Adèle Exarchopoulos. Ce n'est pas vraiment mon cas. Je trouve qu'elle n'a pas la tête de l'emploi... je la trouve un peu quelconque et sans ressemblance avec Clémentine, mais elle joue très bien et c'est le principal.

Sinon, il y a des scènes de sexe très longues et... détaillées, dira-t-on. Et parfois exagérées, aussi (quand elles font l'amour pour la première fois, elles prennent des positions qui me paraissent peu probables à ce stade-là d'une relation. Mais pourquoi pas, hein). Quant aux claques sur les fesses, je m'en serais bien passée et, à entendre les réactions des gens dans la salle, je ne suis pas la seule. Par contre, il y avait aussi des gens complètement choqués et qui le faisaient savoir à tout le monde... c'était marrant, ça. Ils devaient pourtant bien savoir à quoi s'attendre, même si c'est vrai que (presque) rien n'est caché et que c'est peu fréquent dans les films.


Voilà, j'ai été assez bouleversée par cette histoire et par le contraste entre le milieu et la fin. C'est brutal, mais c'est l'histoire de tout le monde aussi.
Je comprends que ce film ait reçu la Palme d'or à Cannes car il peut difficilement laisser indifférent.
Par contre, je n'aurais pas très envie de le revoir tout de suite, j'ai l'impression d'avoir fait une overdose... d'un peu tout !


Unita a écrit:
Je me suis retenue de lire ce post jusqu'à maintenant car je suis allée voir La vie d'Adèle hier et j'ai lu Le bleu est une couleur chaude, ce matin.

Déjà, j'aimerais dire que j'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup lu sur le film et les polémiques tout autour avant de le voir. Du coup, je savais que certaines choses seraient choquantes pour des gens qui ne le savaient pas. N'empêche que, même en le sachant, j'ai quand même été un peu "perturbée", surprise, on dira.

J'ai trouvé le film très long (trop long), certaines scènes auraient dû être coupées parce qu'elles n'apportent pas grand-chose (voir Adèle aller à l'école à répétitions, les repas qui tirent en longueur, la regarder dormir, ...). D'autres auraient gagné en subtilité, je pense, de mon point de vue d'amatrice de théâtre et de cinéma.

Les scènes de sexe ressemblent à du porno lesbien, sont très improbables (on sent que le réalisateur est hétéro, on a vraiment l'impression qu'il a voulu se rincer l’œil avec de longues parties de jambes en l'air et de cris bestiaux). Lorsque je compare ces moments avec la bande dessinée, j'ai vraiment le sentiment que Julie Maroh a tenté de faire apparaître la beauté des relations homosexuelles, la douceur, la tendresse, le désir grandissant dans le ventre jusqu'à l'implosion... alors qu'Abdellatif Kechiche n'a fait ressortir que de la bestialité et du sexe explosif. Alors, oui, l'amour est complexe, doux et sauvage à la fois. Mais je n'ai pas perçu d'Amour entre ces deux jeunes femmes, dans ces moments-là, je veux dire. Et je trouve que cela a manqué. Parce que, du coup, le but de Julie Maroh n'est pas atteint par ce long-métrage.
("Moi ce qui m’intéresse c’est la banalisation de l’homosexualité.
Je n’ai pas fait un livre pour prêcher des convaincu-e-s, je n’ai pas fait un livre uniquement pour les lesbiennes. Mon vœu était dès le départ d’attirer l’attention de celles et ceux qui:
- ne se doutaient pas
- se faisaient de fausses idées sans connaître
- me/nous détestaient")
Cet objectif n'est pas atteint parce que les spectateurs sont morts de rire... Cela m'a vraiment dérangée et mise mal à l'aise. Ils riaient parce que ce n'était pas crédible, parce que ce n'était pas authentique. J'ai été très embarrassée par ces gens qui pouffaient, rigolaient, commentaient, montraient du doigt... mais aussi par le fait que, puisque tout est montré, les actrices l'ont réellement fait, au final. Et payer quelqu'un pour ça, ça a un nom, en général...


J'ai trouvé Léa Seydoux (Emma) très irrégulière, dans son jeu. Ses premières apparitions sont remarquées, charment mais je l'ai trouvée très mauvaise à la fin, avec son
"JE-NE-VEUX-PLUS-TE-VOIR" très théâtral et presque scandé, manquant totalement de sentiments. On dirait que cela ne lui fait absolument rien, que perdre Adèle l'indiffère. Alors que, dans le livre, elle est bouleversée, détruite.
J'ai eu l'impression d'accompagner Adèle, du début à la fin. J'ai aimé avec elle, pleuré avec elle, hurlé avec elle. Je l'ai trouvée très vraie, très belle, très impressionnante, pas du tout quelconque, même si je comprends que l'on puisse le penser, elle a un côté très "passe-partout".

J'ai été étonnée d'apprendre dans le livre qu'Adèle a 30 ans, à la fin. Mis à part l'anniversaire d'Adèle lorsqu'elle fête ses 18 ans, je n'ai rien compris à la dimension temporelle de l'histoire.
Du jour au lendemain, elle habite avec Emma, sans aucune transition. Certes, on comprend que l'eau a coulé sous les ponts puisqu'elle est actuellement en âge d'exercer dans des écoles mais c'était trop flou pour être vraiment clair. J'ai trouvé dommage que ce ne soit pas mieux précisé car même si certains ont changé de voie, que le bébé dans le ventre de Lise a grandi et qu'Emma n'a plus ses cheveux bleus, impossible de savoir combien de temps a passé. Et c'est capital! Comment comprendre la déchéance d'Adèle sans réaliser la durée de son enfer intérieur? Dans le livre, c'est vraiment bien retranscrit.


La fin m'a beaucoup déçue. Je ne m'attendais pas forcément à un happy end. Mais je suis restée sur ma faim car il y a beaucoup d'ambiguïté.
Emma dit qu'elle ne l'aime plus mais Adèle semble continuer de l'obséder puisqu'elle occupe toujours ses tableaux et hante son art. Emma s'est remise avec Lise et sa fille, tombée dans la banalité de l'existence alors qu'elle critiquait Adèle pour son manque de rêve et d'ambition. Je l'ai trouvée pathétique. Adèle qui s'en va, touchée au plus profond de son âme, et leur ami commun dans l'immobilier qui ne l'a pas trouvée dans la rue, j'ai trouvée cette image très forte. Pourtant, elle ne me satisfait pas pleinement. La fin du livre m'a émue aux larmes. Je l'ai trouvée beaucoup plus touchante et, surtout, plus claire.


J'ai vraiment été sous le choc et bouleversée, je crois que j'ai reçu une bonne claque dans la figure, avec ce film. Malgré quelques longueurs, imprécisions et le caractère très cru de certaines scènes (et pas forcément que sexuelles, comme Klooo le mentionnait avec les repas, par exemple), je le recommande. Je l'achèterai à sa sortie, pour ma part. J'ai beaucoup d'admiration pour le travail de ces actrices. Lorsque je vois parfois à quel point je dois me faire violence pour entrer dans certains rôles et accepter de jouer certaines scènes, je n'imagine pas ce que cela doit représenter pour une hétérosexuelle de 19 ans, débutante dans le milieu, de faire l'amour presque de A à Z avec une parfaite inconnue pendant des jours, tout cela pour les beaux d'un réalisateur (que je respecte beaucoup moins depuis ce que j'ai appris sur lui dans la presse).


Klooo a écrit:
Unita a écrit:
certaines scènes auraient dû être coupées parce qu'elles n'apportent pas grand-chose (voir Adèle aller à l'école à répétitions, les repas qui tirent en longueur, la regarder dormir, ...)


C'est vrai qu'elle sont longues mais, en même temps, avoir accès à des moments de la vie quotidienne d'Adèle la met sur le même plan que tout le monde et chacun peut ainsi "plonger en elle", se reconnaitre en elle...

Unita a écrit:
puisque tout est montré, les actrices l'ont réellement fait, au final.


Elles faisaient ça sur des moulages de leurs sexes respectifs. Pas sûre que cette idée soit beaucoup plus enchanteresse, mais bon...

Unita a écrit:
Adèle qui s'en va, touchée au plus profond de son âme, et leur ami commun dans l'immobilier qui ne l'a pas trouvée dans la rue


Je n'ai strictement rien compris à cette scène finale où on voit cet ami observer Adèle qui s'en va, puis entrer en courant dans le bâtiment de l'exposition... Pourquoi tu dis qu'il ne l'a pas trouvée dans la rue ? Je n'ai pas dû saisir de quoi il retournait.


En tout cas j'ai envie de revoir ce film, tout de même ! Marquant.


Unita a écrit:
De ce que j'en ai compris, et je dis ça plus par ressentis que par analyse, il avait assez envie d'être avec elle, il me semblait intéressé. Il était sincère en lui disant "attends, je reviens". Il est ensuite sorti dans la rue pour la rattraper, est parti dans la mauvaise direction et ne l'a pas trouvée... comme si cela ne devait pas se faire. Et il est revenu à l'expo. J'ai interprété ça comme ça. Okay


J'ai aussi hâte de le revoir, je suis sûre qu'il gagne en profondeur après plusieurs vues/lectures.


Klooo a écrit:
Unita a écrit:
Il est ensuite sorti dans la rue pour la rattraper, est parti dans la mauvaise direction et ne l'a pas trouvée...


Ah, c'est moi qui ai mal vu alors : j'ai eu l'impression qu'il sortait de l'expo, marchait après elle (en la voyant très bien) puis d'un coup se retournait et revenait en courant à l'expo. Du coup, je comprenais rien.^^



Maxime a écrit:
J'ai vu le film et franchement j'avoue que moi, je suis perplexe.


Désolé si ça choque ceux qui ont bien aimé  Embarassed ,  mais: je ne sais pas si je n'ai pas compris quelque chose, un sens caché ou je ne sais quoi mais, je n'ai tout simplement pas compris l'intérêt de ce film, dans lequel, je trouve, il ne se passe absolument rien. Ce qui y est raconté est juste trop banal pour être.... raconté, je  trouve. On dirait un documentaire sans voix off. Des gens lambda avec une vie lambda, qui vivent des choses lambda, sans vraiment de surprise, avec des scènes inintéressantes à répétition. On peut appeler ça des éléments nécessaire pour faciliter l'immersion dans le quotidien des personnages et principalement, des deux filles, mais personnellement, ça m'a laissé de marbre.  Il y a juste quelques discussions intéressantes par ci par là mais sinon pour moi, c'est le néant total. Je regardais l'heure sur mon portable toutes les 5 minutes(il faut dire aussi que je ne savais pas que le film durait trois heures).
La scène tout de même, qui a généré en moi une émotion, de la colère en l'occurrence, c'est quand adèle est confronté au regard de ces sales pétasses de filles du lycée, qui la harcèlent verbalement. C'est vraiment... l'archétype du genre de personne que j'abhorre, que j'aurais envie de tuer. De la pouffiasse sous-développée qui vit  dans son troupeau de pouffiasse et qui se croit tout permis.


Sinon je ne sais pas ce qui cloche entre moi et ce film. Peut-être mon incapacité relative,  à me mettre à la place des protagonistes.
Peut-être faut-il admettre que, n'ayant jamais vécu d'histoire d'amour et donc, jamais vécu de séparation, je ne peux aucunement comprendre ce que ressens Adèle, notamment.

 
Et effectivement je dois admettre que, la violente séparation des 2 filles, emma apprenant que adèle l'a trompé, m'a laissé indifférent.

 Ca ou autre chose en tout cas, ce n'est pas une folle histoire d'amour entre moi et ce film. Mr. Green


Klooo a écrit:
Maxime a écrit:
je n'ai tout simplement pas compris l'intérêt de ce film, dans lequel, je trouve, il ne se passe absolument rien. Ce qui y est raconté est juste trop banal pour être.... raconté, je trouve. On dirait un documentaire sans voix off. Des gens lambda avec une vie lambda, qui vivent des choses lambda, sans vraiment de surprise, avec des scènes inintéressantes à répétition. On peut appeler ça des éléments nécessaire pour faciliter l'immersion dans le quotidien des personnages et principalement, des deux filles, mais personnellement, ça m'a laissé de marbre.


Je pense que toutes ces scènes qu'on peut trouver inutiles sont là pour permettre au spectateur de se projeter/se reconnaitre dans les personnages en voyant qu'il s'agit de personnes lambda, qu'Adèle est vraiment une lycéenne madame-tout-le-monde. Ça permet aussi d'avoir un peu (beaucoup) de temps pour réfléchir au film, anticiper, se laisser vraiment emporter dans l'histoire. Je pense également qu'on est un peu plus attachés aux personnages après les avoir vu évoluer pendant trois heures que si ça durait une heure trente. Plus l'attachement est grand, plus ce qui se passe à la fin est ressenti de manière forte (du moins si on ne s'est pas endormi avant Laughing). J'ai aussi trouvé long par moments - surtout au début, en fait... - mais ça ne me dérange pas plus que ça. Par contre, c'est ce qui me retient d'aller le voir au cinéma une deuxième fois, quand même ! C'est certain que c'est long...
Après je pense (ce ne sont que des hypothèses !) que c'est aussi plus ou moins un effet de mode, filmer le quotidien des gens... ça rejoint un peu la télé-réalité, d'un côté. Mais à mon avis, au cinéma, ça va tout de même plus loin que du simple voyeurisme. Je me demande pourquoi le fait de filmer des moments quelconques et de faire des films très lents et qui ont un côté minimaliste est caractéristique du cinéma francophone et très peu présent ailleurs. Mais je m'égare.

Sinon, c'est clair que si tu n'arrives pas du tout à te reconnaitre dans les personnages par un aspect ou un autre, il doit être plus difficile d'entrer dans l'histoire et d'y voir beaucoup d'intérêt.^^


Unita a écrit:
J'approuve ce que Klooo a écrit que ce soit sur "l'effet de mode des moments de la vie quotidienne", ainsi que sur le but de les filmer.

En revanche, ton post m'a fait réfléchir, Maxime, son mon objectivité. Pour diverses raisons, ce film m'a beaucoup marquée et fait méditer sur moi-même. Mais est-ce que j'aurais apprécié autant ces trois longues heures si je ne m'étais pas sentie concernée? Je ne saurais pas répondre à cette question. Je pense que le visionner une nouvelle fois pourrait m'aider à trouver des éléments de réponse et j'ai pour projet de le revoir prochainement (melly.molko, si tu me lis, je suis ok! ^^).

Il est indéniable que le film est vraiment long à démarrer, les scènes quotidiennes sont intéressantes et impliquent le spectateur... mais était-ce indispensable d'en mettre autant? Et précisément celles-ci? Par exemple, je n'ai jamais compris l'intérêt de voir courir Adèle pour prendre son bus, plusieurs fois de suite. En revanche, les repas silencieux, avec les conversations fades à souhait montrent clairement un souci de communication dans cette famille et le silence/la gourmandise d'Adèle quand elle mange, qui, j'ai le sentiment, a beau apprécier manger, semble tout de même se réfugier dans la nourriture, moi, ça me parle. Je la voyais essayer de se fondre dans le paysage, disparaître, surtout ne rien laisser entrevoir de son feu intérieur, de ses doutes obsédants, de sa honte.
Ceci est mieux montré dans le livre d'ailleurs puisque le silence est bien présent mais a d'autres causes: l'indignation et le dégoût de ses parents qui regardent la Gay Pride au JT et la critiquent ouvertement.


Après, c'est le style de Kechiche, il faut apprécier. C'est rare de trouver des personnes qui aient un avis intermédiaire entre le "j'adore" et "je déteste". Parce que c'est un réalisateur qui essaie, par tous les moyens (donc le harcèlement et l'épuisement des acteurs également) de capter cette touche de spontanéité criante de vérité. Et on peut détester cette manière de filmer - je le comprendrais très bien - il faut malgré tout reconnaître que c'est devenu une denrée rare dans le milieu cinématographique. Alors, oui, on voit des scènes quotidiennes façon télé-réalité effectivement mais il n'y a pas ce côté "impro" que l'on peut percevoir dans La vie d'Adèle.

J'ai réalisé qu'il y avait un aspect du film dont je n'ai pas parlé (d'ailleurs, vu le nombre de posts, je me demande si un topic uniquement sur La vie d'Adèle ne serait pas préférable... mais c'est un autre débat).

J'ai été choquée par le niveau de langue, parfois. Le genre de trucs que les hétéros et autres homophobes disent soit en dénigrant, soit en voulant être drôles, au sujet des homosexuels. Du genre:

- bouffer la chatte
- la métaphore moule-sexe féminin super explicite et même mise en évidence par Emma
- brouter
- ...


Je trouve que ces termes sont justifiés lorsque, par exemple, Adèle est ridiculisée par une ancienne amie qui est choquée de l'imaginer homosexuelle. Cela se défend dans l'optique où c'était pour montrer quelque chose de précis. Mais utilisé par les homos??

Alors je sais pas. Est-ce que Kechiche a voulu faire "in" et "jeune" en utilisant ces termes? Est-ce que des homosexuels parleraient vraiment comme ça? Je ne sais pas mais moi j'ai été choquée. Je ne me considère pas comme "prude", les jurons font partie intégrante de mon vocabulaire et je ne me prive pas d'appeler un chat un chat. Mais là... merde, c'est une histoire d'amour, non? Et super vision des homos, encore une fois. Être lesbienne, c'est avoir la tête entre les jambes d'une fille, c'est rien d'autre, pour la majorité des gens hors milieu. Le but n'était pas de justement montrer l'envers du décor, comment se déroulent réellement les coups de coeur, les prises de bec, bref la vie des homos? Est-ce véritablement une image valorisante...?


--> Les grands vides des citations sont des Spoilers! Approchez votre souris de l'endroit et vous les verrez. ^^
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 250
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Ven 1 Nov 2013 - 17:53    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle Répondre en citant

Un article que j'ai trouvé très bien, très critique, sur le film! Paru dans L'Hebdo du 31 octobre, n°44. Attention, il contient quelques spoils!

_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Les membres suivants remercient Unita pour ce message :
Maxime (01/11/13), Klooo (02/11/13)
Revenir en haut
Klooo
Nuits Intimes

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2008
Messages: 5 096
Localisation: Lyon / Briançon.
Sexe: Indogirl
Âge: 26

MessagePosté le: Sam 2 Nov 2013 - 00:59    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle Répondre en citant

Intéressant cet article. Je dois dire que je n'avais que peu vu l'histoire de cette façon. De ce point de vue-là, je m'étais surtout arrêtée au fait qu'Emma a des parents beaucoup plus ouverts et encourageants que ceux d'Adèle dans tous les domaines.
Petite erreur dans l'article, Adèle n'est pas assistante maternelle comme ils disent.



Tu soulevais dans ton précédent message la question du vocabulaire employé dans le film. A mon avis, ce n'est pas forcément irréaliste : il y a bien un certain nombre de mecs gays qui utilisent le mot "pédé", qui a pourtant en général une connotation péjorative... Même si ça varie beaucoup entre les personnes, je pense que certaines utilisent les expressions que tu cites. Quitte à ce qu'elles le fassent plus ou moins au second degré. En tout cas je ne crois pas que ça m'ait choquée dans le film, parce que je ne me rappelle plus tellement ces passages... à part la métaphore de la moule ou des huîtres qui est trop grosse à mon goût, surtout pendant le repas chez les parents d'Emma. C'est lourd. Et à part la réaction des amies du lycée, mais c'est une autre affaire.
_________________
"Apprendre à un enfant à ne pas marcher sur une chenille est aussi précieux pour l'enfant que pour la chenille." - Bradley Miller.
Revenir en haut
Comateuze
Un jour dans notre vie

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2009
Messages: 1 952
Localisation: Lille
Sexe: Indogirl
Indosong: College Boy
Âge: 26

MessagePosté le: Sam 2 Nov 2013 - 11:57    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle Répondre en citant

Bon alors là vous m'avez donné trop envie de regarder ce film !!!
Les membres suivants remercient Comateuze pour ce message :
Unita (02/11/13)
Revenir en haut
Unita
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2007
Messages: 20 250
Localisation: Suisse
Sexe: Indogirl
Âge: 29

MessagePosté le: Mer 9 Déc 2015 - 14:11    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle Répondre en citant

Je suis scandalisée

http://www.jeanne-magazine.com/actualites/2015/12/09/le-visa-dexploitation-…
_________________
"Et si c’est un crayon, oui, contre la mitraille
Alors que le papier soit le champ de bataille
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur livre
Qu’il est plus important d’être debout que de vivre

Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos âmes
Le souffle du néant n’éteindra pas la flamme
Tous les gamins du monde, charbon sur du papier
Dessineront toujours ton visage, ô Liberté!


[Saez]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:40    Sujet du message: Le bleu est une couleur chaude / La vie d'Adèle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indotalk Index du Forum -> Vous et le reste du monde -> Art Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  
www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com